Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Informations

Bentalha, 20 ans : moment d’émotion au Café Presse Politique de Radio M 

On ne comprendra rien à la tragédie algérienne des années 90, les années de sang, si on ne comprend pas ce qui est arrivé dans les grands massacres comme celui de Bentalha. Quand on dit « ce qui est arrivé », on veut dire par là : qui a fomenté ces massacres ? Comment ils ont été vécus ? Quel est le véritable traumatisme causé par ces massacres ?… Ce travail de réflexion est essentiel à la compréhension de l’état d’esprit du peuple algérien aujourd’hui et donc de son futur.

Maghreb

Algérie : Ali Belhadj pour une solution pacifique du conflit du Sahara occidental 

L’ex-représentant et numéro 2 du FIS, cheikh Ali Belhadj, appelle le Maroc et le Polisario à rechercher une solution pacifique. Parole sage, juste et mesurée, qui ne peut être dictée que par la raison, car on se demande après tout, combien durera cette mascarade ? 50 ans, 100, 1000 ? Pendant ce temps, les Sahraouis vivent dans des conditions déplorables ; l’insécurité et les trafics règnent dans la région et cette situation arrange les ennemis des musulmans, puisqu’elle est prétexte à toutes les manipulations et déstabilisations entre deux les peuples frères, marocain et algérien.

Maghreb

Algérie : le puissant général Toufik est démis ; on sait enfin à quoi il ressemble 

Le côté sulfureux secret est complètement stupide car tous connaissaient son identité et son visage. Une seule photographie suffit à identifier une personne. Comment a-t-il fait pour rester à son poste jusqu’à l’âge de 76 ans ?!! Il est intéressant aussi de voir qui le remplace car Tartag n’est rien d’autre qu’un double du système, le n° 2 du même DRS de Toufik, du coup, il est très approximatif, voire mensonger de dire qu’une page de l’histoire de l’Algérie a été tournée !!! Il restera à son poste ou sera mis à la retraite une troisième fois dans un jeu du pouvoir qui relève plus de l’improvisation que de la stratégie ; l’essentiel de la politique algérienne se déroule et se décide à Paris.