Il est tout de même assez effrayant d’avoir à constater la servilité d’un nombre important de professionnels de santé, malgré une gestion catastrophique de l’exécutif. Ici, c’est un syndicat infirmier qui existe depuis 50 ans et qui félicite Olivier Véran pour sa nomination en qualité de ministre de la santé lors du dernier remaniement. C’est une occasion de rappeler la servilité encore plus grande de l’ordre national des médecins dont le métier a été piétiné pendant cette crise sanitaire du Coronavirus et qui n’a pas protesté, ne serait-ce qu’une seule fois, bien au contraire. L’ordre des médecins a même estimé judicieux d’enclencher des procédures disciplinaires à l’encontre des médecins qui ont tout simplement eu le « culot » de soigner leurs patients, c’est-à-dire de faire leur travail !


L’Onsil a déjà pris contact avec M. Véran pour demander à le rencontrer afin de lui exposer les propositions des infirmiers libéraux concernant le désengorgement des urgences, la désertification médicale et bientôt infirmière, mais aussi l’amélioration de l’accès aux soins pour tous et sur tous les territoires.

M. Véran, rappelons-le, est originaire de l’Isère, département  pilote en matière de qualité de vie, de travail et de prise en charge pour les personnes handicapées .

Rappelons également qu’à l’origine du développement des Soins Palliatifs à domicile, sur le département, il y a eu le Professeur Scherrer du CHU de Grenoble, où exerce encore M. Véran.

Aussi, l’Onsil ne doute pas que notre Ministre sera sensible aux contraintes et aux difficultés liées à l’application du nouvel avenant 6, qui va à l’encontre de la politique de santé, y compris dans son département !

Antoinette Tranchida,
Présidente Onsil.


Photo d’illustration : vue du grand pic de Belledonne (Isère)

logo

21 février 2020