salah-abdeslam-bar-gay-4


L’excuse du vol des documents d’identité est d’une rare bêtise. Comme si dans les bars et autres cafés hétérosexuels c’était plus compliqué de voler des sacs et des portefeuilles ! Totalement absurde et imbécile.


Selon La Libre Belgique, Salah Abdeslam, toujours recherché après les attentats de Paris, aurait été aperçu plusieurs fois au mois d’octobre dans des bars gays bruxellois.

Selon La Libre Belgique, plusieurs gérants de bars gays bruxellois ont été auditionnés lundi par la police belge dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris. L’un des terroristes présumés, Salah Abdeslam, toujours activement recherché, aurait été vu à quatre ou cinq reprises dans des établissements branchés de la capitale belge très prisés des homosexuels. C’était au mois d’octobre. La Libre Belgique précise cependant que les caméras de vidéosurveillance n’ont pas permis de l’identifier avec une absolue certitude.

Les enquêteurs semblent en tout cas creuser cette piste. Soupçonnent-ils Salah Abdeslam d’avoir effectué des repérages en vue de commettre un attentat contre la communauté homosexuelle ? C’est une possibilité. Mais selon La Libre Belgique, il y aurait une autre explication. Sa présence pourrait être liée à un trafic de documents organisé par son frère Brahim, le kamikaze du boulevard Voltaire. “Dans ces bars, fréquentés par des gens peu méfiants, il n’est pas très compliqué de piquer des portefeuilles« , explique une source anonyme citée par le quotidien belge. Or de nombreux vols de pièces d’identité et de permis de conduire ont été signalés dans ces établissements au mois d’octobre.

La communauté homosexuelle s’inquiète en tout cas après ces attentats. « Lieux de convivialité et de rencontre, majoritairement fréquentés par une clientèle dont les modes de vie et les mœurs sont les représentations mêmes de ce qu’exècrent ceux qui nous attaquent, nos établissements sont aujourd’hui menacés« , estimait dès lundi en France le Syndicat national des entreprises gaies, le Sneg&Co. « Aujourd’hui, le SNEG & Co en appelle à la vigilance et à la solidarité, face à ce danger qui menace notre liberté si difficilement acquise. »