Voilà comment cela se passe aujourd’hui en Europe. Nous l’avons vécu en France après le référendum de 2005 que Sarkozy a piétiné en validant le mini traité de Lisbonne. Aujourd’hui, ces mêmes faux démocrates nous expliquent qu’une pétition, même de plusieurs millions de signataires, vaut plus qu’un vote ! C’est complètement délirant et c’est même assez insultant car nous avons l’impression d’avoir affaire à des enfants.


Selon la page de la pétition lancée sur le site du Parlement, son objectif est de « prouver la force du soutien public actuel pour rester dans l’UE ». 

Le compteur n’en finit plus de grimper. Une pétition en ligne demandant au gouvernement britannique de renoncer au Brexit a dépassé les cinq millions de signatures dimanche 24 mars, engrangeant un succès fulgurant quatre jours après son lancement. Selon la page de la pétition lancée sur le site du Parlement, son objectif est de « prouver la force du soutien public actuel pour rester dans l’UE ».

La pétition a très rapidement dépassé le seuil des 100 000 signatures nécessaire pour être potentiellement débattue à Westminster. Ce débat ne peut toutefois « pas directement changer la loi ou donner lieu à un vote pour mettre en œuvre la requête de la pétition », précise le site du Parlement. Ce type de pétitions permet aux Britanniques d’« inscrire leurs préoccupations à l’ordre du jour politique », a expliqué à l’AFP Sara Hobolt, spécialiste de l’opinion publique à la London School of Economics (LSE), mais elle n’est pas « un moyen de prendre des décisions démocratiques au même titre que les élections et les référendums ».


Photo d’illustration : des Britanniques manifestent pour demander un nouveau référendum sur le Brexit, le 23 mars 2019 à Londres. (PETER NICHOLLS / REUTERS)