Si la police commence à commettre des faux et bien pire encore, c’en est fini de l’état de droit. On ne comprend pas non plus la légèreté de la peine en décalage avec la gravité de l’accusation, surtout que d’autres faits leur sont reprochés ! Il est évident que tant que l’IGPN ne sera pas refondée, les bavures et autres magouilles policières ne seront jamais combattues correctement car on ne peut être à la fois juge et partie ! C’est un principe de base de la justice qui n’est pas, hélas, respecté ici.


Cinq policiers brestois, membres de la brigade anticriminalité au moment des faits, ont été condamnés, jeudi, à des peines d’amende pour avoir falsifié un procès-verbal.

L’affaire a mis au jour d’autres dysfonctionnements. Il y a quelques semaines, la brigade a été presque entièrement refondue.

L’affaire aurait presque pu se régler en toute discrétion, tant peu d’éléments avaient filtré des murs du commissariat, rue Colbert. Finalement, la justice, publiquement rendue, en a dessiné quelques contours, jeudi. Cinq policiers brestois, âgés de 46 à 53 ans, ont été condamnés à 1 000 euros d’amende, dont 800 euros avec sursis chacun. Ils étaient poursuivis pour avoir falsifié un procès-verbal, le 17 avril 2018.

Ce faux en écriture était censé couvrir des faits pour le moins embarrassants. Ce soir-là, alors qu’un équipage de la Bac a repéré un « stupeux » qui refuse d’obtempérer à un contrôle, une course-poursuite s’engage, de Brest jusqu’à Landivisiau, puis en région brestoise à nouveau. Les policiers parviennent à interpeller le suspect, mais les choses ne se font pas dans les règles : au lieu de procéder à l’arrestation sur la voie publique, ils l’interpellent à son domicile, en dehors des horaires légaux.

6 des 8 membres de la Bac déplacés dans d’autres services

Selon nos informations, d’autres faits, plus graves, ont eu lieu. Mais le parquet n’ayant pu clairement les qualifier, ils n’ont pas donné lieu à des poursuites. L’enquête, menée par l’IGPN, la police des polices, a néanmoins permis d’établir clairement que les « baqueux » ont falsifié un PV, pour éviter qu’apparaisse la violation de domicile. Faits que les policiers mis en cause ont admis, puisqu’ils étaient jugés jeudi selon la procédure dite « du plaider-coupable ».

Suite à cette affaire, survenue sous la précédente direction du commissariat, d’autres dysfonctionnements ont été relevés au sein de la Bac de Brest. Fin avril dernier, la brigade a été presque entièrement refondue, et six de ses huit membres – dont les 5 condamnés — ont été déplacés dans d’autres services. Contacté vendredi, le commissaire central, Bruno Gallot, a indiqué au Télégramme « refuser de commenter une décision de justice », et n’être « pas autorisé à communiquer sur cette affaire ». À l’IGPN, désormais, de décider quelle sanction administrative suivra la sanction judiciaire à l’encontre des cinq ex-membres de la Bac de Brest.


Anne-Cécile Juillet et David Cormier

Le Télégramme