mélenchon_coup_monté
Le parquet de Paris a récemment ouvert une enquête préliminaire sur les comptes de campagne de l’élu des Bouches-du-Rhône. Le Parisien / Frédéric Dugit

Jean-Luc Mélenchon crie au « coup monté » donc au complot concernant cette affaire d’enquête préliminaire sur ses comptes de campagne de la présidentielle précédente. Sauf qu’il faut bien avouer que crier au complot lorsque l’on est soi-même franc-maçon c’est tout de même culotté ! Il n’est pas le premier politicien à le faire étant donné qu’à chaque affaire judiciaire médiatisée, les mis en cause crient au complot immédiatement.


Le chef de file de La France insoumise a estimé mercredi que l’enquête ouverte par le parquet de Paris sur le financement de sa campagne présidentielle de 2017 ressemblait « à un coup monté ».     

Jean-Luc Mélenchon est en pétard. Il l’a déjà fait savoir mais vient de le réaffirmer ce mercredi dans un communiqué. Le chef de file de la France insoumise estime que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) s’intéresse bien plus à ses activités d’ex-candidat qu’à celles du vainqueur, Emmanuel Macron. Le député d’extrême gauche soupçonne même «un coup monté» pour le décrédibiliser.

À la suite de nos révélations de janvier et la démission fracassante d’un rapporteur de la CNCCFP, le parquet de Paris a récemment ouvert une enquête préliminaire sur les comptes de campagne de l’élu des Bouches-du-Rhône. «On a répondu à 2 000 questions» de la CNCCFP, s’étonne ce mercredi Jean-Luc Mélenchon. «Que puis-je faire de plus ?», fait-il mine de s’interroger. Selon lui, l’enquête ouverte pour «vérifications» de ses comptes arrivait « à point nommé pour entacher (s)on honneur », avant d’assurer qu’il « ne tendra(it) pas la joue gauche ».

« Une diversion ! »

Et le député de s’agacer : « Je ne comprends pas comment la Commission nationale des comptes de campagne a pu à la fois valider mes comptes et faire un signalement. Ni pourquoi elle ne m’en a jamais informé auparavant alors que cette démarche date du 18 mars dernier (…). Ni pourquoi elle l’a fait alors qu’elle a au contraire fait un communiqué pour défendre les rabais dont a bénéficié le candidat Macron !»

La veille, Jean-Luc Mélenchon s’était déjà fendu d’un premier communiqué dans lequel il prédisait des orages à venir : « Je garantis que je ne sais pas pourquoi ce genre d’histoire apparaît soudainement. Je demande à mes amis qui croient à une diversion avant que des problèmes plus sérieux et autrement réels ne se confirment ou n’apparaissent dans les comptes de mes concurrents, d’être patients », insiste Jean-Luc Mélenchon.

La CNCCFP a […]


Le Parisien