Ces chiffres officiels parus dans une des plus prestigieuses revues médicales au monde sont effrayants et pourtant vous trouverez toujours des salariés de l’industrie vous expliquer que ces 5700 enfants américains qui souffrent chaque année de convulsions suite à la vaccination sont le prix à payer pour protéger la société d’une épidémie ! Il va de soi que ce raisonnement ne tient absolument pas la route et il le tiendra encore moins s’il s’agit de votre enfant. Vous remarquerez également que ces chiffres ne sont jamais évoqués dans les médias publics ou privés qui font passer la vaccination pour une simple consultation médicale sans aucun risque.


Los Angeles, Californie – L’association californienne sans but lucratif Physicians for Informed Consent a récemment rapporté dans le British Medical Journal (BMJ) que 5700 enfants américains souffrent chaque année de convulsions suite au vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR).

Un geste automatique dont les conséquences ne sont plus pensées alors qu’il peut bouleverser une vie à jamais…

Ce chiffre dérive des résultats de l’étude statistique la plus puissante jamais réalisée pour étudier l’association entre le vaccin ROR et la survenue de convulsions fébriles. Plus d’un demi million d’enfants furent évalués, à la fois ceux vaccinés et ceux non vaccinés, au sein d’une population danoise sur laquelle on se fonde dans le monde entier pour examiner la sécurité des vaccins. Les résultats ont montré que les convulsions se produisent environ chez 1 enfant sur 640 vaccinés avec le ROR. L’extrapolation de ce risque aux 3,64 millions d’enfants américains vaccinés chaque année par le ROR porte ce chiffre à 5700.

« Pour prendre des décisions de Santé publique précises et éthiques, les risques d’un vaccin doivent être comparés aux risques de la maladie que l’on tente de prévenir », a déclaré le Dr Shira Miller, président fondateur du PIC.  « En considérant le vaccin ROR pour prévenir la rougeole, les risques de ce vaccin doivent être comparés aux risques de la rougeole.»

Le risque de convulsions fébriles avec le ROR est cinq fois plus élevé que le risque de convulsions fébriles de la rougeole.

Un nombre important de convulsions avec le vaccin ROR provoquent des dommages permanents. Par exemple, 5% des crises fébriles entraînent une épilepsie, un trouble cérébral chronique qui entraîne des crises récurrentes. Chaque année, on relève environ 300 cas de convulsions dues au vaccin ROR (5% de 5700) conduiront à l’épilepsie.

En outre, le système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS), conçu pour être un système d’avertissement par rapport aux effets secondaires des vaccins, ne reçoit que 90 rapports annuels de convulsions en rapport avec la première dose du ROR, soit seulement 1,6% des 5700 cas de convulsions qui font suite au vaccin ROR. Il est également facile de réaliser que d’autres événements indésirables graves liés au vaccin, y compris des séquelles neurologiques permanentes et des décès peuvent également être sous-déclarés.

« Aux États-Unis, la rougeole est généralement une infection virale bénigne à court terme ; 99,99% des cas de rougeole se rétablissent complètement », a déclaré le Dr Miller. « Comme il n’a pas été prouvé que le vaccin ROR soit plus sûr que la rougeole, il n’y a pas suffisamment de preuves pour […]


Céline Frésino – JRE

Source : Vaccine Impact