C’est le deuxième effet Kiss Cool de cette crise sanitaire qui n’en est pas une puisqu’elle est uniquement et exclusivement économique. Ce virus a été l’occasion pour les gouvernants de camoufler la faillite économique extrêmement grave qui arrive et qui est inéluctable étant donné les dérives de la financiarisation sauvage.

Maintenant que le pays est endetté à 120 % de son PIB, les criminels du FMI viennent nous expliquer comment il faut faire pour gérer cette dette et bien entendu continuer à vendre la France à la découpe, tout en poursuivant les privatisations pour le plus grand bien des multinationales et des oligarques.

Tous les naïfs et les imbéciles qui pensent qu’ils peuvent rester chez eux indéfiniment, sans travailler, en profitant d’un argent magique qui tomberait du ciel, vont très vite déchanter en face de la réalité cruelle d’un tel choix suicidaire.


La France doit travailler dès maintenant à un plan qui lui permettra d’assainir ses finances publiques dès que l’économie aura surmonté la crise due au coronavirus, a déclaré mardi le Fonds monétaire international (FMI).

Dans son rapport annuel sur l’économie française, le FMI dit s’attendre à un rebond de 5,5% du produit intérieur brut (PIB) de la deuxième économie de la zone euro après une contraction de 9% environ en 2020.

Mais il ajoute que la tendance de croissance à moyen terme devrait rester inférieure à son niveau d’avant la crise – l’économie de l’Hexagone affichait alors des performances supérieures à celles de plusieurs autres pays de la zone euro – car la situation financière des entreprises et le chômage élevé vont continuer à peser sur l’activité.

(Leigh Thomas ; version française Claude Chendjou et Marc Angrand, édité par Jean-Philippe Lefief et Jean-Michel Bélot)

Photo d’illustration : La France doit travailler dès maintenant à un plan qui lui permettra d’assainir ses finances publiques dès que l’économie aura surmonté la crise due au coronavirus, a déclaré mardi le Fonds monétaire international (FMI). /Photo d’archives/REUTERS/Yuri Gripas

Reuters 

Challenges, l'actualité de l'économie, de la finance, de l'entreprise et les échos de la Bourse

19 janvier 2021