Les accusations sont très nombreuses et particulièrement graves puisqu’il est question déjà de la non-déclaration de 13 mandats aux autorités compétentes ! Vous conviendrez qu’un manquement de cette ampleur ne peut être considéré comme un simple oubli ou le fait d’une étourderie ! Ce qui est par contre étonnant c’est la lenteur de la procédure judiciaire qui a nécessité plusieurs mois pour réaliser une simple perquisition ! Pourquoi faut-il 6 mois pour enfin aller chercher des documents au domicile du suspect ? Cette lenteur ne peut être que préjudiciable à l’enquête puisqu’elle donne tout le temps nécessaire pour l’effacement de preuves…


Cette perquisition s’est déroulée mardi dans le cadre d’une enquête sur sa déclaration d’intérêts non conforme.

Une perquisition s’est déroulée ce mardi 30 juin au domicile de l’ancien haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, dans le cadre d’une enquête sur sa déclaration d’intérêts non conforme, qui l’avait poussé à la démission en décembre dernier, a appris franceinfo de source judiciaire. Selon les informations de France Bleu, cette perquisition a eu lieu à Bapaume, dans le Pas-de-Calais. Débutée mardi matin, elle s’est achevée à la mi-journée.

Jean-Paul Delevoye est visé par une enquête préliminaire ouverte le 19 décembre par le parquet de Paris, saisi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Celle-ci avait signalé une déclaration d’intérêts incomplète, avec au moins 13 mandats non déclarés, et un possible abus de bien sociaux pour avoir cumulé sa rémunération gouvernementale avec celle de président du think tank Parallaxe.

Il s’agit de faits “susceptibles de recevoir les qualifications d’abus de biens sociaux, abus de confiance et recel de ces infractions”, a précisé cette source judiciaire.

L’affaire avait conduit Jean-Paul Delevoye à la démission, en pleine contestation de la réforme des retraites. Il avait été remplacé au poste de haut-commissaire par Laurent Pietraszewski.


Photo d’illustration : Jean-Paul Delevoye le 18 décembre 2019. (VINCENT ISORE / MAXPPP)