Décidément, il y a comme quelque chose de pourri au royaume de France ou plus exactement dans la république décadente et moribonde de France. On a appris que l’on pouvait être condamné 27 fois par la justice pour des faits graves et passer si peu de temps en prison, comme dans le cas Chérif Chekatt ; on apprend aujourd’hui qu’un député ayant volé plus de 200 000 € d’argent public en embauchant de manière fictive sa fille comme collaboratrice à l’Assemblée, ne passera pas une seule nuit en prison ! Comment est-ce possible ? Alors que les peines judiciaires devraient être doublées pour ces personnalités politiques, on constate que ce n’est pas le cas. C’est Monsieur Philippe Pascot qui doit être content puisqu’il pourra écrire de nombreux autres volumes dans lesquels il listera les politiciens voyous condamnés par la justice…


Pendant quatre ans, l’ancien parlementaire avait embauché sa fille comme collaboratrice à l’Assemblée de manière fictive.

L’enquête préliminaire ouverte en septembre 2017 à la suite d’un signalement de Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, était jusqu’ici restée secrète. Alain Marsaud, ancien député UMP puis Les Républicains (LR) de la Haute-Vienne et des Français de l’étranger, était poursuivi pour détournement de fonds publics. Il a été condamné, mardi 18 décembre, à un an de prison avec sursis, 300 000 euros d’amende et une peine d’inéligibilité de trois ans.

Pendant quatre ans, entre 2005 et 2007, puis entre 2012 et 2014, il a embauché sa fille comme collaboratrice parlementaire de manière fictive. Un compte, ouvert à son nom et sur lequel M. Marsaud avait une procuration, a reçu sur cette période près de 204 000 euros. Sa fille n’a pas été mise en cause dans le dossier.


Simon Piel – Le Monde