Cette affaire constituera le prétexte supplémentaire pour criminaliser toute critique du système en la traitant de « complotisme ». Vous pouvez être certain qu’avant la fin de son mandat, Macron tentera de criminaliser ce terme.


La ministre déléguée à la Citoyenneté insiste sur le « travail de prévention » à mener.

Le fait que Mia et sa mère aient été retrouvées en Suisse est « un immense soulagement », réagit dimanche 18 avril sur franceinfo Marlène Schiappa. La ministre déléguée à la Citoyenneté a salué « le travail remarquable dans la discrétion » des enquêteurs.

Dans cette affaire, d’après les éléments révélés par les enquêteurs, manifestement, « il y avait un discours complotiste de la part de la mère de cette petite fille et qui aurait, je mets du conditionnel, fait appel à des personnes liées au mouvement survivaliste ».

Les mouvements sectaires, « un danger fondamental »

Selon Marlène Schiappa, l’enlèvement de Mia « met en lumière aussi la question des dérives sectaires et du complotisme. Ce sont des mouvements qui sont des dérives sectaires qui représentent un danger fondamental », souligne la ministre.

La ministre rappelle qu’elle avait « commandé un rapport il y a quelques semaines sur cela à la Miviludes, la police et la gendarmerie nationale qui mettait en lumière le fait qu’à la faveur du confinement, de nombreux groupes, QAnon, complotistes, sectaires s’organisent et y compris de manière dangereuse ». Insistant sur le « travail de prévention » à réaliser, Marlène Schiappa rappelle avoir multiplié par dix les moyens de la Miviludes, qui est l’organisme d’État qui lutte contre ces dérives sectaires pour faire de la prévention.


Photo d’illustration : Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, mardi 6 avril 2021 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Radio France
18 avril 2021