Pendant que certains hésitent et tergiversent, d’autres passent à l’action et vont jusqu’à renouveler près de 100 % de leur énergie de manière propre. Ça n’a rien d’extraordinaire, il suffit juste d’avoir une vision politique et une volonté de faire. Bien sûr, il faut également être totalement indépendant de tous les lobbys dont les intérêts sont menacés par un tel changement, ce qui n’est malheureusement pas le cas en France.


D’ici fin 2020, la produc­tion éner­gé­tique de l’Écosse sera 100 % issue d’éner­gies renou­ve­lables, selon le site Gizmodo.

Le pays réduit d’an­née en année sa produc­tion d’éner­gies fossiles : le char­bon n’y est plus utilisé depuis 2016 et il ne reste plus qu’une seule centrale à gaz sur le terri­toire (bien que la construc­tion de deux nouvelles usines soit envi­sa­gée). Enfin en 2018, selon l’or­ga­ni­sa­tion envi­ron­ne­men­tale Scot­tish Rene­wables, les éner­gies renou­ve­lables ont fourni 76 % de l’élec­tri­cité écos­saise.

D’après un rapport de WWF Écosse, durant la première moitié de 2019, les éoliennes écos­saises ont alimenté chaque foyer du pays, et quelques millions de plus dans le nord de l’An­gle­terre. Ce succès est dû à la centrale éolienne offshore Beatrice, qui four­nit de l’éner­gie pour 450 000 foyers. En 2022, la construc­tion d’un nouveau parc éolien devrait débu­ter et la future centrale éolienne de Seagreen devrait pouvoir alimen­ter un million de foyers à lui tout seul.

L’objec­tif de l’Écosse est clair : une neutra­lité carbone d’ici à 2045, élimi­nant la tota­lité des émis­sions de gaz à effet de serre. Il va donc lui falloir réduire de nombreuses sources de pollu­tion telles que l’agri­cul­ture, le chauf­fage et les trans­ports. Mais l’Écosse reste tout de même en avance, ce qui pour­rait montrer l’exemple à d’autres pays, en vue du Sommet clima­tique de novembre.

Source : Gizmodo

Valentin Trawicki

Ulyces

27 janvier 2020