C’est la preuve que cette liste est bidon est qu’elle a été montée de toutes pièces par les médias et les politiciens. Ils n’arrivent pas à passer de 8 à 9 membres alors qu’il faut atteindre 79 ! Ils se paient même le luxe de perdre des membres en passant de 10 à 8 ! Malgré tout, Ingrid Levavasseur passera encore dans les médias alors qu’elle ne représente rien et que la liste aux européennes n’existe pas !


La liste « Ralliement d’initiative citoyenne » (RIC) peine à constituer une liste complète de 79 candidats.

À trois mois de la clôture des candidatures pour les élections européennes, la liste « gilets jaunes » portée par Ingrid Levavasseur est au point mort. Trois semaines après son lancement, l’aide-soignante normande de 31 ans peine à attirer les volontaires, selon les informations de franceinfo recueillies mercredi 6 février. La liste plafonne pour l’instant à huit noms.

Le 23 janvier, Ingrid Levavasseur avait annoncé la constitution d’une liste baptisée « Ralliement d’initiative citoyenne » (RIC), en publiant une première liste de dix noms. Dans un communiqué, le RIC assurait pouvoir constituer une liste complète de 79 candidats d’ici « mi-février » en vue du scrutin du 26 mai.

Difficultés à atteindre la parité

Mais le 31 janvier, deux « gilets jaunes » jetaient l’éponge : Brigitte Lapeyronie, pour pouvoir continuer à se consacrer « à la défense des salariés » au sein de son syndicat FO, et Marc Doyer qui affirmait avoir été « la cible de menaces de mort et de fake news ».

Six jours après, le compteur de la liste d’Ingrid Levavasseur reste bloqué à huit, loin des 79 noms nécessaires pour participer au scrutin.

Le RIC doit faire face à beaucoup de difficultés pour constituer la liste. Si une centaine de candidatures s’est manifestée, ce ne sont presque que des hommes, alors que les listes doivent obligatoirement être paritaires. Les profils sont extrêmement variés, il faut donc prendre le temps de les éplucher.

Le financement de la campagne en question

Aucune certitude non plus en ce qui concerne le programme. Une plateforme a été créée sur internet en ce sens, dont il faudra ensuite trier les revendications.

Reste enfin la question du budget. Une campagne électorale coûte cher. Faute de ressources, le RIC va devoir lancer un appel aux dons avec la difficulté que les cagnottes sur internet sont interdites pour les élections. Les membres du « Ralliement d’initiative citoyenne » se disent prêts à hypothéquer leurs propres biens pour obtenir des fonds.

 

Photo d’illustration : Ingrid Levavasseur, tête de liste du « Ralliement d’initiative citoyenne » (RIC) aux élections européennes. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)