C’est clair et limpide, la gestion financière de la santé publique conduit à la mort des patients par manque de moyens. Curieusement, il n’y a jamais de responsable désigné quand les gens décèdent du fait de la gestion ministérielle catastrophique des hôpitaux ! Il est pourtant évident que Madame Agnès Buzyn et ses prédécesseurs sont directement impliqués dans ce drame et donc responsables et coupables. D’autant que les professionnels de santé comme le Docteur Sabrina Ali Benali – auteure du livre La révolte d’une interne – n’ont de cesse de crier au scandale et à la dangerosité d’une telle gestion, mais en vain ! La ministre actuelle de la santé a même refusé de la recevoir ! En réalité ils savent très bien ce qu’ils font et s’il y a des morts, ils seront considérés comme nécessaires, un genre de dégât collatéral à l’instar des bébés morts après les grandes campagnes de vaccination… Il ne vous restera plus qu’à enterrer vos morts en silence à moins que la révolte des #GiletsJaunes ne passe par là !


Une plainte contre X a été déposée pour « homicide involontaire et non-assistance à personne en danger ».

« Nous avons déposé plainte pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger », a annoncé à franceinfo, lundi 14 janvier, Eddy Arneton, l’avocat de la famille de la patiente morte en décembre dernier, après douze heures d’attente aux urgences de l’hôpital Lariboisière, dans le 10e arrondissement de Paris.

Un rapport pointe des « dysfonctionnements »

Le dépôt de cette plainte contre X est annoncé le jour de la publication d’un rapport sur la mort de cette femme de 55 ans, commandé par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France.

Ce rapport pointe une « série de dysfonctionnements » dans le service et souligne un manque de moyens. En revanche, il ne précise pas les causes de ce décès, qui sont encore inconnues et relèvent d’une enquête judiciaire.

 

Photo d’illustration : L’hôpital Lariboisière, dans le 10e arrondissement de Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

avatarfranceinfo

Radio France