Cette interview de Monsieur Philippe Martinez, le patron de la CGT, démontre à quel point il est déconnecté de la réalité politique de son pays, à quel point il est éloigné des difficultés auxquelles est confronté le peuple. Pendant 11 semaines il n’a pas bougé le petit doigt pour venir soutenir la révolte populaire et salutaire des Gilets jaunes. Pourtant, il aurait été logique qu’il le fît afin de se faire pardonner son soutien indéfectible à l’élection d’Emmanuel Macron ! Il suffit de l’écouter répondre aux questions de la journaliste pour constater à quel point ses arguments ne tiennent pas la route. Il veut absolument politiser la lutte des Gilets jaunes alors que ces derniers ont horreur de la politique comme ils l’ont démontré depuis le début. Les reproches faits à la CGT concernent aussi la CFDT ou Force ouvrière qui elles aussi ont brillé par leur absence. Ces syndicats sont bien organisés, ils ont les moyens de faire mal au gouvernement mais ils ont préféré garder le silence. L’Histoire s’en souviendra.

Il est par contre essentiel que les Gilets jaunes ne tombent pas dans le piège de la récupération politique quelle qu’elle soit, qu’elle vienne de l’extrême gauche, de l’extrême droite ou d’ailleurs. De toutes façons, cela fait 30 ans au moins que ces gens « luttent » pour rien, sans aucun résultat et ce n’est pas demain que cela va changer.