De deux choses l’une : soit il est véritablement question d’un ralliement sincère de citoyens policiers au mouvement des Gilets Jaunes étant donné qu’ils sont les premiers à subir la mauvaise gestion gouvernementale et à travailler dans des conditions catastrophiques avec des salaires ridicules ; soit il est question d’une infiltration de cette dynamique populaire par un syndicat qui, le moment venu, se présentera comme interlocuteur du gouvernement,  chargé de calmer les esprits. Le futur nous le dira…


Le syndicat Vigi rejoint le mouvement des gilets jaunes en appelant à une grève illimitée à partir de samedi, jour de l’acte 4 de la mobilisation.