Bilal Ramadan, frère de Tariq, le 10 septembre à Genève. © Guillaume Megevand

Cette interview est hallucinante à plus d’un titre et vous pourrez le constater par vous-mêmes. Premièrement, Monsieur Bilal Ramadan passe son temps à crier au complot mais n’ose pas le dire clairement, ce qui rend son intervention assez ridicule et surtout hypocrite. Il devrait assumer pleinement cette accusation de complot dirigée contre son frère, sinon cela n’aurait pas de sens intellectuellement parlant.

Mais ce qui est le plus choquant, ce sont ses réponses aux deux dernières questions ayant trait aux relations extraconjugales nombreuses et avouées. Malgré la gravité de la situation sur le plan religieux et d’un point de vue purement islamique, Monsieur Bilal Ramadan nous explique que son frère a fait son examen de conscience et qu’il croit que les musulmans vont lui pardonner ce qu’il a fait et qu’il pourra même restaurer son autorité morale ! On marche sur la tête ! La morale n’a plus aucun sens !

Le pire ne décevant jamais, Monsieur Bilal Ramadan nous explique, sur les accusations de viol portées par des lycéennes du collège de Saussure, qu’il ne veut pas intervenir sur ce côté-là de sa vie privée ! Mieux encore, il estime que ce n’est pas sympa d’utiliser ces affaires pour alourdir son dossier judiciaire en France ! Est-il vraiment conscient de ce qu’il laisse s’échapper de sa bouche ?

C’est à se demander d’ailleurs quelle est la pire des choses dans cette affaire, les accusations portées contre Monsieur Tariq Ramadan ou la défense hasardeuse et totalement bancale de sa famille et de ses proches ?! Amoindrir de la sorte une affaire aussi grave et faire comme si de rien n’était, alors que des enregistrements odieux, horribles, continuent d’être diffusés sur le net dans lesquels on entend Monsieur Tariq Ramadan tenir des propos d’une extrême violence, ne fait que les ridiculiser davantage et confirmer qu’il s’agit bien d’une secte n’ayant strictement rien à voir avec l’islam.




Une lettre ouverte demande au président de la Confédération d’intercéder auprès d’Emmanuel Macron en faveur de l’islamologue suisse, en détention préventive en France. Interview de son frère, Bilal Ramadan

Lundi matin, le président de la Confédération, Alain Berset, a reçu un étonnant courrier. Une lettre ouverte, signée par 250 personnes, lui demandant « d’intercéder en faveur de Tariq Ramadan» auprès des autorités françaises à l’occasion de son entrevue, mercredi, avec le président français Emmanuel Macron. Ils rappellent le droit à la présomption d’innocence et dénoncent ses conditions d’incarcération.

Qui sont-ils ? Peu de signataires connus, à part Jean et Erica Ziegler, l’ancien conseiller national PDC Jacques Neirynck et quelques personnalités genevoises de gauche. Ils espèrent sans doute un coup politique, alors que l’islamologue suisse est toujours en détention préventive en France depuis février, à la suite de trois plaintes pour viol. Une quatrième femme a déposé contre lui en Suisse pour ces mêmes faits.

Interrogé, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) répond que « cette demande sera traitée par la direction consulaire du DFAE ». Où il faut déduire, sans surprise, que le cas Ramadan ne fera pas irruption entre les deux présidents.


 – Le Temps [Suisse]