Caroline Fourest verse à présent dans le complot russe, mais dans ce sens ça marche parfaitement et c’est même encouragé, car il y a le bon complot et le mauvais complot, comme vous le savez maintenant. Pour comprendre comment tout ceci fonctionne, c’est très simple : le bon complot c’est celui qui va dans le sens des intérêts de la Doxa et du système dominant ; le mauvais complot c’est l’inverse, autrement dit c’est celui qui va à l’encontre des intérêts du pouvoir. C’est enfantin, tout le monde peut le comprendre, voire le constater pour peu que l’on soit doté d’un brin d’intelligence et de bon sens.

Afin d’appuyer sa thèse complotiste et lui donner un semblant de crédibilité, Caroline Fourest va relayer un article du Times. Par contre si vous relayez des livres entiers et des témoignages, des comptes-rendus de procès ou des documentaires qui prouvent, par exemple, l’existence du complot Gladio – Stay behind ça ne suffira jamais. Ce sont eux qui décident qui a raison et qui a tort, ils sont à la tête du Ministère de la Vérité.