Il est tout de même assez effrayant de voir dans quel aveuglement se murait Emmanuel Macron au sujet de la question de l’islamophobie. On pourrait comprendre que le monde musulman s’offusque des dernières déclarations du chef de l’État français mais il faudrait tout de même commencer à se poser des questions lorsque les pays occidentaux, alliés de de la France, émettent les mêmes critiques à son encontre ! On ne peut pas accuser la Grande-Bretagne ou les États-Unis d’islamo-gauchisme ou de takia !

Il n’y a qu’en France où la question de l’islam fait la une des journaux quasi quotidiennement, depuis deux décennies maintenant. Il n’y a qu’en France où une loi a été votée pour empêcher des filles voilées d’aller à l’école ! Il n’y a qu’en France où on veut interdire à des gamins de huit ans de manger selon le rite religieux à la cantine ! Il n’y a qu’en France où l’on interdit à des femmes de se baigner comme elles le souhaitent ! Il n’y a qu’en France où un ministre de l’Intérieur explique tranquillement à la télévision qu’il est choqué par le rayon « halal » des supermarchés, qu’il considère comme du séparatisme ! Il n’y a qu’en France où un bagagiste peut être viré de son travail et considéré comme un islamiste radical parce qu’il a dit bonjour à ses collègues en arabe ! Il n’y a qu’en France où on interdit des associations caritatives sous de faux prétextes ! Il n’y a qu’en France où on dissout une association de lutte contre le racisme et l’islamophobie sous de fallacieux prétextes ! Il n’y a qu’en France où de pseudo intellectuels, toujours les mêmes, pérorent pendant des heures pour expliquer qu’il n’y a pas d’islamophobie et que ce terme est dangereux ! Il n’y a qu’en France où on veut légiférer pour interdire que la femme puisse porter le voile sur la voie publique ! Dans n’importe quel autre pays européen, cela serait considéré comme une grave atteinte aux libertés.

On pourrait multiplier ici les exemples par 10 et en dépit de tout, on nous explique que tout va bien.


Dans une lettre au quotidien britannique, le président français s’indigne d’un article où il se dit « accusé de stigmatiser, à des fins électorales, les Français musulmans ».

Le président français, Emmanuel Macron, a publié, mercredi 4 novembre au soir dans le prestigieux quotidien britannique Financial Times, une tribune pour expliquer que « la France se bat contre le séparatisme islamiste, jamais contre l’islam », en réponse à un article paru lundi mais retiré du site depuis.

Dans une longue lettre à la rédaction, publiée aussi sur le site de l’Élysée, le président de la République s’indigne d’un article où il se dit « accusé de stigmatiser, à des fins électorales, les Français musulmans ; pire, d’entretenir un climat de peur et de suspicion à leur égard ». Le chef de l’État estime que ses propos ont été déformés :

« Je ne laisserai personne affirmer que la France, son État, cultive le racisme vis-à-vis des musulmans. »

Comme sur la chaîne qatarie Al-Jazira la semaine dernière, le président français veut expliquer, au-delà des frontières de la France, que sa lutte contre le « séparatisme islamiste » n’est pas un combat contre l’islam, alors que les musulmans de plusieurs pays ont réagi avec colère à ses propos, avec un appel au boycottage des produits français.


Le Monde / AFP

5 novembre 2020