C‘est rigolo et il va certainement crier au « complot » comme les autres. Bien sûr, il est hors de question de tomber dans le piège de l’incohérence en affirmant d’un côté que la justice algérienne est corrompue et fonctionne au téléphone et en même temps se féliciter d’un jugement qui condamne Monsieur Kamel Daoud dans une affaire familiale de violences conjugales. C’est clairement contradictoire sauf que. Sauf que cette affaire a commencé bien avant la révolution populaire du 22 février 2019 et que Monsieur Kamel Daoud est un proche du pouvoir. Lui et ses amis pseudo intellectuels éradicateurs ont toujours été soutenus par le régime. Kamel Daoud officie régulièrement dans la presse algérienne ; il publie des livres et participe à des conférences au fameux SILA d’Alger ou ailleurs sans avoir à souffrir d’aucune forme de censure ou de pression malgré ses déclarations très violentes envers l’islam et les musulmans. Du coup, nous sortir aujourd’hui une histoire de complot du pouvoir est ridicule et ne tient pas la route. Rappelons que l’un des piliers du pouvoir algérien corrompu, un des instigateurs de la décennie sanglante et du terrorisme d’État, responsable de centaines de milliers de morts, le général Khaled Nezzar actuellement en fuite à l’étranger, a tué sa femme devant ses enfants, d’une balle dans la tête ! C’est ce genre de personnage qui a été défendu par Monsieur Kamel Daoud, car selon lui, il aurait sauvé l’Algérie du péril islamiste. Ce n’est pas l’avis du peuple, mais ceci ne semble pas déranger ce pseudo journaliste. Pendant ce temps, les vrais ennemis de la junte sont en exil ou en prison.

De surcroît, Monsieur Kamel Daoud est très proche des milieux sionistes parisiens qui lui ont ouvert toutes les portes ainsi qu’une promotion folle grâce au prix littéraire ainsi qu’à la participation à des magazines hebdomadaires clairement islamophobes comme Le Point aux côtés du philosophe le plus stupide de France, Botul Henri Lévy ! Tout ceci nous donne une idée de la valeur intellectuelle et morale du personnage Kamel Daoud, présenté au public comme un Arabe ouvert, démocrate, humaniste… contrairement aux autres Algériens attardés, pervers sexuels, conservateurs voire islamistes violents !

D’ailleurs, Monsieur Kamel Daoud a pleinement assumé sa tâche de traître servile lors de la publication de sa tribune dans le journal Le Monde concernant les événements de Cologne, traitant les musulmans migrants de détraqués sexuels à cause de leur religion. Pourtant, la justice allemande a démontré qu’il ne s’était rien passé de tel, aucun viol collectif n’a été commis par les méchants migrants musulmans contre les jeunes et innocentes Allemandes ! Les trois personnes poursuivies ont même été relaxées et dédommagées de 4500 € chacune. Pourtant, aucun mea culpa n’a été publié par Kamel Daoud, bien au contraire, il continue de cracher sur l’islam et les musulmans à longueur de journées afin de satisfaire ses maîtres ventriloques.

Concernant l’affaire de violences conjugales, elle a été jugée en appel et Monsieur Kamel Daoud a été déclaré coupable (cf. les 3 pages du jugement ci-dessous). Dans un reportage réalisé sur Arte il y a 2 ans, on voit Monsieur Kamel Daoud ainsi que Leïla Slimani sur le toit de l’Institut du Monde Arabe à Paris nous expliquer  que ce qui lui a le plus plu pendant la décennie sanglante algérienne, c’était le fait de pouvoir avoir une vie dissolue baignant dans le sexe et l’alcool. Au delà de la violence d’une affirmation aussi inhumaine, on peut rappeler à nos lecteurs que l’abus d’alcool est l’une des principales causes de violences conjugales, d’où d’ailleurs son interdiction dans la religion musulmane…

Pour finir, nous avons pu observer Monsieur Kamel Daoud s’agiter sur les réseaux sociaux menaçant de plainte les personnes relayant cette information. Qu’il ne s’inquiète pas. Il sera protégé par ce système décadent et corrompu jusqu’au trognon. Il n’a qu’à penser à Roman Polanski qui a également été condamné pour avoir drogué et violé une gamine de 13 ans aux USA et qui est toujours protégé en France par cette caste dégénérée au pouvoir. Qu’il ne s’inquiète donc pas, il pourra continuer sa misérable partition de traître et de loser encore quelques temps ; mais jusqu’à quand ?

Encore une fois, le modèle érigé par la Doxa parisienne pour miner, insulter et diffamer les musulmans s’effondre sous nos yeux, car le mensonge ne peut durer longtemps, il a vocation à disparaître…


Traduction du post Facebook de M. Habib Souaidia :


« Kamel Daoud est apparu comme une brute en battant violemment sa femme, au point où elle a dû se plaindre devant la justice algérienne, en lui intentant un procès. Mais nous savons que « la justice algérienne est antidémocratique et que ses jugements sont injustes », en particulier contre les Lumières. Cette histoire a eu lieu en 2016, et pourtant la presse des Lumières éclairantes n’a pas écrit une seule ligne sur les passages à tabac d’une pauvre femme. Les féministes n’ont pas condamné ce que Kamel Daoud a infligé à sa femme. Mais s’il s’agissait de Hamadache qui aurait sévèrement battu sa femme, même les nations unies l’auraient su à coup sûr et en auraient parlé »




Érige en intellectuel éclairé par les salons feutrés du parisianisme, l’auteur et chroniqueur algérien Kamel Daoud, ce grand donneur de leçons et défenseur de la dignité de la femme… musulmane, s’avère être beaucoup moins soucieux de l’intégrité physique et morale de la gent féminine dans l’intimité de son foyer… Qui l’eût cru ?!

Le masque de ce parangon de vertu semble s’être fissuré de toutes parts. Celui, à qui les médias sous influence offraient complaisamment une tribune pour alimenter les préjugés anti-musulmans déjà très largement répandus, a été condamné par le tribunal d’Oran à trois mois de prison avec sursis pour coups et blessures volontaires à l’encontre de son ex-épouse, dénommée L.H.N. Une peine assortie d’une amende de 20 000 Dinars Algériens…