Pour dénoncer une messe annuelle, dans un édifice avec une hauteur sous plafond de 30 mètres, Le Monde est très fort, l’article et l’enquête sont au RDV avec moult détails et interviews. Par contre, pour trouver les noms des ministres et autres personnalités des médias… présents au Palais Vivienne, qui y dînent quasi quotidiennement depuis des mois, il n’y a plus personne. C’est la fameuse politique de taper sur les faibles et protéger les puissants.

Il faut dire que ce journal appartient à Niel, patron de Free, très proche de Macron, il ne voudrait pas pousser à la chute de son gouvernement car c’est une très grave affaire d’état qui jette le discrédit sur toute la gestion de cette crise sanitaire par l’exécutif.