Jamie_Dimon_JPMorgan_Chase
Jamie Dimon, PDG de JP Morgan. Wikimedia Commons/Steve Jurvetson.

Il n’y a que les banksters aussi incompétents que Monsieur Jamie Dimon, patron de la banque JP Morgan, qui peut oser dire une chose et son contraire à quelques semaines d’intervalle comme c’est le cas ici concernant le bitcoin. En réalité, on devine qu’ils ne savent pas du tout comment gérer ce phénomène, le combattre ou l’intégrer dans le système. Du coup, ils attendent de voir comment ça va évoluer afin de s’adapter, comme l’ont toujours fait ces parasites.


Jamie Dimon regrette ses déclarations sur la nature frauduleuse du bitcoin, a-t-il confié mardi 9 janvier lors d’un entretien accordé à la chaîne américaine Fox Business.

En septembre 2017, le patron de la banque JPMorgan s’était fait remarquer en lâchant lors d’une conférence que le bitcoin était une « arnaque » et que les personnes qui investissaient dans la crypto-monnaie étaient « stupides ».

Il avait aussi associé la folie autour du bitcoin à la bulle des tulipes du XVIIème siècle et menacé de licencier les traders de JPMorgan s’ils échangeaient la crypto-monnaie.

Les remarques de Jamie Dimon avaient relancé le buzz autour de la crypto-monnaie qui avait gagné 30% dans le mois suivant. Le bitcoin a connu une ascension fulgurante sur l’ensemble de l’année 2017, au cours de laquelle de grands banquiers ont émis des doutes et des régulateurs ont pris quelques paris, notamment en autorisant le lancement de contrats à terme sur le bitcoin.

« Je regrette avoir fait ces déclarations », dit-il quatre mois plus tard. Jamie Dimon a aussi dit à Fox Business qu’il pensait que « la blockchain est réelle ». Il envisage un « crypto yen et dollars des choses comme ça.»

Après avoir effleuré les 20.000 dollars en décembre, le cours du bitcoin est redescendu sous la barre des 15.000 dollars. Cela reste très loin des […]


Marie-Catherine BeuthReuters