Analyse très intéressante économiquement parlant mais tout ceci est très loin de répondre aux questions concernant la géopolitique contemporaine. Les données, les chiffres et le rappel historique sont très bons, le paradigme matérialiste est bon. L’étiologie principale reste messianiste, spirituelle, puisque l’entité sioniste est essentielle, au centre de ce qui est en cours dans le Moyen-Orient. Malheureusement, les intellectuels français déspiritualisés et dégénérés par l’école républicaine sont incapables de comprendre ces enjeux essentiels. De plus, il est rare qu’une seule cause explique à elle-seule des événements aussi complexes, ce n’est jamais le cas.

On peut ajouter, en corrigeant certains faits : que le pétrole est abiotique selon de nombreux chercheurs ! Pire encore, les technologies sans pétrole, propres, existent depuis longtemps et sont très efficaces. Du coup, la dépendance du monde envers l’or noir n’est pas si vraie, même si c’est le cas lorsque l’on n’a pas développé ce genre de technologies. Enfin, les crises de la bulle Internet ou des Subprimes n’ont rien à voir avec le pétrole mais plutôt avec le principe même de l’usure et bien sûr avec la spéculation folle au moyen de  « leviers » complètement fous.


Alors que la situation au Moyen-Orient se dégrade de jour en jour, il est crucial de bien comprendre les causes de ce conflit géopolitique pour pouvoir proposer des solutions adéquates. Voici donc une vision de l’économie à travers le prisme de l’énergie, qui aboutit naturellement à parler des enjeux géopolitiques et des conflits au Moyen-Orient, et plus particulièrement en Syrie.

Une présentation de 45 min sur trois des piliers fondateurs des Éconoclastes – l’économie, l’énergie et la géopolitique – lors de la conférence annuelle d’Aucoffre.com en janvier 2016.

Les principaux messages à retenir :

  1. Les 30 glorieuses, ce n’est pas de la planification intelligente, c’est juste beaucoup de pétrole gratuit,
  2. La croissance du PIB dépend à 60% de l’énergie alors que le capital n’y contribue qu’à hauteur de 15%,
  3. Le pic pétrolier est la rencontre entre des coûts d’extraction du pétrole qui augmentent et une propension à le payer limitée à 120$ des consommateurs,
  4. Le pic pétrolier, le pic oil, entraînera le pic de l’économie, le pic all,
  5. Les Saoudiens n’ont pas la mémoire aussi courte que nos dirigeants – business is business!
  6. Les États-Unis ne sont pas indépendants énergiquement et ne le seront jamais !
  7. Si vous voulez lutter contre le terrorisme, laissez votre voiture au garage et prenez un vélo !

Nicolas Meilhan, Ingénieur-Conseil Énergie & Transport et membre des Éconoclastes.