taubira-urvoas-archives-destruction


christiane-taubira-urvoasExtraordinaire information à peine croyable : le cabinet de Taubira a détruit ses archives avant la passation de pouvoir avec Urvoas comme si ces documents étaient les leurs, avec un mépris ahurissant envers leur fonction, le peuple et les biens de l’État. Pour la photo, on va avoir des sourires contrefaits et complices, des serrages de mains chaleureux, un discours cordial… puis en coulisses, on assiste à un comportement de voyous qui brûlent les preuves avant l’arrivée de la police ! Rappelons qu’il s’agit de professionnels du droit, du ministère de la… JUSTICE !!!


Le Canard enchaîné relate l’ambiance électrique au ministère de la Justice, au moment de la transition entre Christiane Taubira et Jean-Jacques Urvoas. Les conseillers de la Garde des Sceaux ont broyé leurs archives avant de partir.   

« C’était comme une alternance gauche-droite », s’étonne-t-on dans l’entourage de Jean-Jacques Urvoas. Derrière les politesses formulées lors de la passation de pouvoir, le 27 janvier, Le Canard enchaîné raconte mercredi la transition agitée, au ministère de la Justice, entre les équipes de Christiane Taubira et celles de son successeur. Les anciens conseillers de la Garde des Sceaux ont, « tous ou presque », broyé leurs archives et même supprimé les données de leurs ordinateurs, écrit l’hebdomadaire.

« Il nous a méprisés »

Selon les membres du cabinet Taubira, la faute en incombe à Jean-Jacques Urvoas lui-même. « Nous étions tous prêts à assurer la transition et à l’aider, mais il nous a à peine salués et nous a méprisés », explique un ancien conseiller. « Lorsqu’il a proposé à trois d’entre nous de rester, ils ont refusé ! »  Le directeur de cabinet de Christiane Taubira, Alain Christnacht, n’a quant à lui pas été retenu. Jean-Jacques Urvoas avait pourtant décidé de le conserver à son poste, avant de changer d’avis pour lui préférer un ex-collaborateur de Manuel Valls au ministère de l’Intérieur. Le courant n’est pas passé entre les deux hommes. « C’est trop mou ici, il faut brutaliser cette administration », aurait lancé le nouveau ministre peu après son arrivée, d’après le Canard. « Dans ce cas, je ne suis pas la bonne personne », a prévenu Alain Christnacht. Réponse de Jean-Jacques Urvoas : « Je le sais. »

Arnaud Focraud