Pendant que les salariés crèvent la dalle avec des salaires misérables et des conditions de travail de plus en plus insupportables et indignes, les dividendes des actionnaires s’envolent ! Il y a comme quelque chose de pourri dans le royaume de Mammon…


Le taux de croissance des dividendes enregistré en 2019 ressort toutefois « au plus bas depuis 2016, en raison de la complexité de l’environnement économique mondial », selon une étude de la société de gestion Janus Henderson Investors publiée lundi. 

Les dividendes versés aux actionnaires ont atteint un nouveau record mondial de 1 430 milliards de dollars en 2019, mais leur croissance (+3,5%) a marqué le pas et devrait se maintenir au même niveau en 2020, d’après un rapport publié lundi 17 février.

Sur le seul quatrième trimestre, les dividendes ont progressé de 4,6%, pour atteindre le montant record de 291,8 milliards de dollars, en dépit d’un ralentissement de la croissance des bénéfices en Amérique du Nord.

Le taux de croissance enregistré en 2019 ressort toutefois « au plus bas depuis 2016, en raison de la complexité de l’environnement économique mondial » et en particulier de la solidité du dollar, précise l’étude de référence, réalisée par la société de gestion Janus Henderson Investors.

Si les marchés émergents et le Japon ont tiré la croissance des dividendes à la hausse l’an passé, l’Asie pacifique hors Japon, l’Europe et le Royaume-Uni ont en revanche été à la traîne par rapport à la moyenne mondiale, constate la société de gestion. Sur le Vieux Continent, les dividendes ont chuté de 2%, à 251,4 milliards de dollars.

Nouveau record en France

La France – principal payeur de dividendes sur le Vieux Continent…


Photo d’illustration : Un responsable des ventes observe l’évolution de l’indice CAC 40, le 24 août 2015 à Paris.  (REGIS DUVIGNAU / REUTERS)

avatarfranceinfo / AFP

France Télévisions
17 février 2020