C’est le règne des khmers blancs moralisateurs, plus bavards que compétents vu la catastrophe sanitaire française que tout le monde a pu constater…


FIGAROVOX/TRIBUNE – Maxime Tandonnet s’interroge sur l’influence croissante sur la vie publique des experts sanitaires médiatisés. En se substituant au rôle des élus de la nation, ces médecins de plateau contribuent, selon lui, à aggraver la crise de la démocratie.

Fin observateur de la vie politique française et contributeur régulier du FigaroVox, Maxime Tandonnet a notamment publié André Tardieu. L’incompris (Perrin, 2019).


«Je suis médecin passager, qui vais de ville en ville, de province en province, de royaume en royaume pour chercher d’illustres matières à ma capacité, pour trouver des malades dignes de m’occuper […] Je veux des maladies d’importance: de bonnes fièvres continues avec des transports au cerveau, de bonnes fièvres pourprées, de bonnes pestes […] C’est là que je me plaît, c’est là que je triomphe» (Molière, le Malade imaginaire, scène X).

Rien n’est plus étrange que ces flopées de médecins médiatiques que les chaînes de télévision s’arrachent pour commenter l’actualité sanitaire. Souvent auréolés de leur titre de professeur ou de «chef de service», il en vient, innombrables, de toutes les spécialités: épidémiologistes, infectiologues, rhumatologues, cardiologues, cancérologues, physiologiste, etc. Parfois, ils ne lésinent pas sur la confusion des genres, entre conseillers du pouvoir politique – membres du conseil scientifique – et experts attitrés des chaînes de télévision.

À la fois juges et parties, ils influencent fortement les choix politiques liés à la crise sanitaire, avant de s’en faire les commentateurs. Par le plus grand des paradoxes, leur discours tend à déplorer la saturation des structures hospitalières et le manque de personnel médical. Or, eux-mêmes n’ont-ils pas mieux à faire, auprès de leurs patients, que de consacrer tant de temps et d’énergie sur les plateaux de télévision ?