Venant d’être condamné définitivement en cassation pour appel à la haine et à la discrimination des musulmans avec des propos extrêmement violents tenus sur le plateau d’une télévision française, Monsieur Éric Zemmour a le même jour, c’est-à-dire aujourd’hui 18 septembre 2019, réalisé un débat politique avec Laurent Joffrin sur BFM télé ! En d’autres termes, tout est possible, on peut être condamné par la justice pour incitation à la haine et continuer à disposer d’une tribune dans les médias les plus importants du pays.

C’est à ce moment précis, lorsque vous faites ce constat, que vous comprenez que la loi du milieu n’est pas la même pour tous, que s’il s’était agi d’une condamnation judiciaire pour appel à la haine contre la communauté juive par exemple, le condamné n’aurait plus jamais l’occasion de fouler un plateau télé français. En d’autres termes, il y a en France des gens qui contrôlent ce qui passe sur les ondes ; ils décident de qui peut parler et qui il faut exclure et bannir. C’est ainsi.

On aimerait bien connaître d’ailleurs l’avis de Monsieur Éric Naulleau au sujet de la condamnation de son collègue de travail, lui le moralisateur et donneur de leçons, le respectable Ministre de la Vérité qui ne rate jamais une occasion de se taire et de défendre la mauvaise personne comme il vient de le faire avec Yann Moix…


La Cour de Cassation a rejeté ce mardi le pourvoi en cassation d’Eric Zemmour et confirmé sa condamnation « pour appel au rejet et à la discrimination des musulmans en tant que tels », l’obligeant à dédommager une nouvelle fois l’association CAPJPO-EuroPalestine qui a porté plainte contre ses propos islamophobes lors de l’émission « C à vous », diffusée sur la chaîne de télévision France 5, le 6 septembre 2016.

La Cour de Cassation, a confirmé le jugement du Tribunal de 1ère instance et de la Cour d’Appel de Paris, qui avaient condamné Eric Zemmour pour « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. »

La Cour de Cassation a estimé que l’argument de la liberté d’expression mis en avant par Eric Zemmour ne pouvait être retenu face à ses propos :

« Nous vivons depuis trente ans une invasion, une colonisation, qui entraîne une conflagration », « Dans d’innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées, c’est également l’islam, c’est également du djihad, c’est également la lutte pour islamiser un territoire qui n’est pas, qui est normalement une terre non islamisée, une terre de mécréant. C’est la même chose, c’est de l’occupation de territoire ». « Je pense qu’il faut leur donner le choix entre l’islam et la France »

Déjà condamné à verser 3 000 euros d’amende et à dédommager l’association CAPJPO-EuroPalestine des frais de justice qu’elle avait engagés, l’islamophobe récidiviste, qui n’en est pas à sa première condamnation, devra la dédommager à nouveau.

Honte aux médias qui continuent à lui tendre des micros pour déverser sa haine et son appel au rejet des musulmans !

CAPJPO-EuroPalestine


Oumma 

18 septembre 2019