Marcela Iacub banalise les violences sexuelles

0
PARTAGES
0
VUES

IACUB_ORO1274001--672x359


Peut-on s’étonner de cette sortie de Marcela IACUB, la Débilla des juristes,  connue pour l’intérêt qu’elle a toujours porté au sexe, aux récits quasi pornographiques et surtout pour sa liaison avec DSK qu’elle décrit comme une histoire d’amour, alors qu’elle l’a traité de  »cochon, vieux, gros, moche, mesquin » et  »antipathique » ? Ces sentiments troubles dénotent une personnalité émotionnellement instable et narcissique. Voilà maintenant qu’elle essaie de faire croire que les violences sexuelles sont après tout banales, comparées à la violence terroriste. On se demande pourquoi cette comparaison saugrenue ! Sa tentative de banalisation qui résulte très probablement de l’effet Charlie, va jusqu’à qualifier la violence sexuelle d’infraction, comme s’il s’agissait d’une banale infraction au code de la route, une espèce de stationnement interdit ; en somme une simple infraction, alors qu’il s’agit bel et bien d’un crime sévèrement puni par la loi. Il serait intéressant de connaître l’avis des femmes en général — je parle des femmes normales — et des victimes en particulier. Venant d’une juriste, cette qualification est des plus troublantes. N’essaierait-elle pas, en fait, de déblayer le terrain et de préparer les esprits pour un retour aux affaires de son ancien amant, l’ex-directeur du FMI tombé dans la délinquance sexuelle ? Rappelons au lecteur que cette dégénérée a affirmé préférer avoir des chiens de compagnie que des enfants ! Rien de très choquant venant de la part d’une famille certainement affiliée au sabbatao-frankisme de Biélorussie car il n’y a que dans cette secte messianiste que ce genre de comportement est loué et promu via la doctrine du « salut par le péché ».

La banalité du sexe

La croisade impitoyable lancée par les pays démocratiques contre les violences sexuelles depuis quarante ans – et les excès dans lesquels elle est tombée – touche sans doute à sa fin. Les attentats de janvier et le crime du pilote de la Lufthansa nous ont peut-être fait réaliser que nos plus grands ennemis ne sont pas les abuseurs sexuels, mais un nouveau type de meurtrier (terroriste, tueur de masse…) contre lequel nous ne savons toujours pas nous défendre. Cette nouvelle hiérarchie des fautes et des sanctions semble pleine de bon sens. Tuer aveuglément est tellement plus grave que commettre une infraction sexuelle …

Marcela IACUB

En rapport : Articles

Article Suivant

SUIVEZ-NOUS

Contenu Premium

Pas de contenu disponible

CES 7 DERNIERS JOURS

Heureux de vous revoir!

Se connecter avec votre compte

Créer un Nouveau Compte!

Remplissez les champs pour vous enregister

Récupérer votre mot de passe

Merci d'entrer votre nom d'utilisateur ou votre email pour réinitialiser votre mot de passe

Êtes-vous sûr de vouloir débloquer cet article?
Débloquages restant : 0
Êtes-vous sûr de vouloir annuler votre abonnement?