Très bonne nouvelle du côté d’Angers, des parents d’écoliers dignes de leur parentalité ont déposé un recours au Conseil d’état concernant cette folie des masques à l’école. Non seulement ce port du masque n’a aucun intérêt dans la lutte contre l’épidémie, il est dangereux et a des effets très nocifs comme le démontre cette étude allemande récente : cliquer ici.


Depuis plusieurs mois, un collectif de 183 parents des Pays de la Loire s’oppose au port du masque à l’école pour les enfants de 6 à 11 ans. Le 21 décembre, ils ont déposé un recours devant le Conseil d’État. Ce dernier demande au gouvernement de s’expliquer. Une première.

Rien n’est encore gagné. Mais pour Me Bertrand Salquain, l’avocat angevin qui défend le collectif des 183 parents des Pays de la Loire opposés au port du masque à l’école pour les enfants âgés de 6 à 11 ans, c’est « une victoire d’étape contre le gouvernement ».

Depuis le retour des vacances de la Toussaint, ces familles, majoritairement angevines, se battent pour que les écoliers ne viennent plus masqués sur les bancs de classe. Ils avaient d’ailleurs porté leur lutte dans l’espace public en organisant, le 28 novembre dernier, une manifestation devant la préfecture d’Angers (Maine-et-Loire). 200 personnes étaient présentes.

« Plus d’inconvénients que d’avantages »

Pour elles, « le masque pour les écoliers âgés de 6 à 11 ans présente plus d’inconvénients que d’avantages ». Notamment dans le domaine des apprentissages scolaires, de la gestion du stress des enfants. Ou de leur santé.

Le 21 décembre, le collectif déposait, par le biais de son avocat, un recours devant le Conseil d’État. Ainsi qu’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), qui permet à tout un chacun de soutenir qu’une loi entrée en vigueur porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit.

« Études sérieuses »

« Le collectif a produit de nombreux travaux tirés des études de la Société française de pédiatrie et d’études sérieuses, semblant démontrer l’absence d’intérêt de cette mesure », précise, ce mercredi 30 décembre, Me Salquain.

Résultat : « Pour la première fois, le gouvernement est appelé (par le Conseil d’État, N.D.L.R.) à présenter sa position par écrit pour justifier de l’obligation faite aux enfants de 6-11 ans de porter le masque à l’école », poursuit l’avocat. Le Premier ministre, Jean Castex, et le ministre de la Santé, Olivier Véran, devront rendre leur copie avant le mercredi 6 janvier.