Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Soralgate

Dieudonné et Soral en Corée du Nord pour un karaoké, ou les crétins chez les Soviets ! 

On ne sait plus s’il faut en rire ou pleurer, tellement cette histoire de voyage en Corée du Nord de Dieudonné et Alain Soral est grotesque. Une chose est certaine, cette virée chez les soviets semble être un échec total, un flop historique. Alors que Dieudonné expliquait dans sa conférence au TMO qu’ils étaient déjà une 50 à s’envoler pour Pyongyang, on ne distingue sur les photos publiées sur le site d’Égalité et Réconciliation que très peu de gens, voire personne hormis l’entourage habituel. Malgré une publicité agressive réalisée par Soral dès son retour puis par Dieudonné et enfin par les médias qui en ont parlé (publicité gratuite comme toujours), on ne voit pas grand monde sur les photos (cf. la galerie ci dessous).

Géopolitique

Mort et résurrection d’Al Baghdadi, par Pierre Dortiguier 

Le conte sanglant se poursuit, et la lecture de nos medias semblerait faire accroire que le chef qui menaçait dernièrement l’Iran de porter chez lui le fer d’une islamisation cacher, pour ainsi dire, à savoir tolérée par la « seule démocratie du Proche Orient », tantôt est blessé, puis est annoncé défunt, mais restera toujours une affiche énigmatique, un nom ou un visage sans authentification possible. La même chose pour cette mort de Ben Laden dont infortunément les justiciers US ne pourront tous pas instruire leur progéniture, puisqu’un accident hélicoptère le

Informations

La liberté, c’est la mort, par Pierre Dortiguier 

Ainsi peut-on, depuis toujours, formuler la tyrannie républicaine, du moins dans le pays qui a forgé cette formule terroriste : la liberté ou la mort. Dans les procès européens, et particulièrement en Autriche, les esprits forts sont condamnés à des mois de prison, voire des années, comme c’est le cas de l’ingénieur Wolfgang Frölich à Krems, en cette Basse-Autriche où j’ai connu la fille poétesse d’un illustre philosophe et aristocrate dont l’unique fils était devenu une notabilité musulmane et professeur à Heidelberg. Cette région fut pillée et affamée par les troupes tricolores napoléoniennes qui semaient la mort. Le scientifique autrichien, leur compatriote, a été, pour une simple opinion hérétique, en matière de faits qui auront dans trente ans un siècle d’existence, été condamné, ayant maintenant 64 ans, à être emprisonné depuis 2007, sans compter les autres peines antérieures,