Intervention très intéressante de madame Benraad à l’AN, sauf qu’elle avait en face d’elle, une flopée de clowns assez impressionnante. Avant toute chose, il faut savoir que certains n’ont même pas lu son article, ce qui ne les a pas empêchés de poser des questions, voire de le commenter. La moindre des choses, dans une affaire aussi grave, c’est de lire et analyser les travaux avant la séance et après. Il est évident que le cumul des mandats ne peut aider à réaliser un travail sérieux et complet.
Mieux encore, nous avons tous vu à la gauche du président de séance, un certain Kader Arif — qui n’a d’ailleurs pas assisté jusqu’au bout —  impliqué dans une version PS de Bygmalion, selon certains journaux. Il est question d’une entreprise de prestation de services spécialisée dans l’organisation de campagnes électorales, dirigée par son frère (entreprise de communication d’Aissa Arif, AWF Music). Il est question au total de près de 2 millions d’euros obtenus par favoritisme, une belle somme qui n’a rien d’anodin. Il a d’ailleurs démissionné fin 2014 de son poste gouvernemental, mais on le retrouve de nouveau ici, comme par magie ! On imagine tous que la secte maçonnique n’est pas étrangère à ce genre de mascarade.


arif-meyer-Habib


Pire encore, Mme Benraad avait en face d’elle un beau spécimen de sayan de haut vol, M. Meyer Habib, puisque cet ultra sioniste messianiste, très proche du criminel de guerre B. Netanyahou, ne peut ignorer que l’entité sioniste scélérate a soigné les combattants de Daech et que ces derniers, ne l’ont jamais attaquée alors qu’ils colonisent les lieux Saints d’Al Qods.

Bref, la démocrassie a ses limites et l’excellent travail de Mme Benraad aussi. Nous sommes également très intéressés par les révélations fracassantes qu’elle a faites sur les réseaux pédocriminels et sur les Occidentaux complices du pillage des œuvres d’art millénaires de l’Irak/Syrie .