Encore un nouveau scandale catastrophique de l’intelligentsia parisienne décadente. Il s’agit cette fois-ci du constitutionnaliste Olivier Duhamel accusé par une membre de sa famille d’avoir violé son frère jumeau à la fin des années 80 pendant 2 ans alors qu’il avait 13 ans, il s’agit donc de pédocriminalité et d’inceste en même temps. Ce  n’est pas rien car il s’agit du nouveau président du club très secret du Siècle.

La fille d’Évelyne Pisier, Camille, accuse Olivier Duhamel d’avoir violé son frère jumeau « Victor » après s’être remarié avec sa mère, celle-ci ayant divorcé de Bernard Kouchner. Elle accusait également sa mère, décédée en 2017, d’avoir couvert ces actes criminels. Cette mère indigne et présentée tout de même sur sa fiche Wikipédia comme une « féministe de gauche » ! Et comme il est de coutume en France, elle a été décorée Chevalier de la Légion d’honneur en 1998 et Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres. N’est-ce pas merveilleux ! Elle est tout de même l’une des premières agrégées de droit public et de science politique en France, ce qui ne l’a pas empêché d’avoir un comportement aussi détestable que l’on ne croyait possible que chez les personnes d’un tout autre niveau social. Décidément l’être humain est un animal mystérieux.

Il faut savoir que le couple Pisier-Duhamel a adopté deux enfants chiliens. Il serait intéressant de recueillir leurs témoignages car ce qu’il a fait subir au frère de Camille a pu être répété avec eux.

Bien entendu, Olivier Duhamel ne risque rien aujourd’hui puisqu’il y a prescription et c’est d’ailleurs un des combats les plus importants aujourd’hui, faire sauter cette prescription lorsqu’il s’agit de crimes sexuels sur les enfants.

Il faut également savoir cher lecteur que toute l’intelligentsia parisienne était au courant des crimes d’Olivier Duhamel, en commençant par Bernard ainsi que tous les amis du couple dont personne n’a soutenu la victime ; une véritable omerta mafieuse ! Ce qui n’a pas empêché les élites médiatiques parisiennes de l’embaucher comme chroniqueur sur plusieurs plateaux télé et radio ou de le laisser écrire des tribunes dans les journaux comme ce fut le cas dans Libération pour défendre Dominique Strauss-Kahn de la meute de journalistes qui s’attaquaient à ses mœurs déviantes ! On comprend maintenant mieux pourquoi. Il est d’ailleurs intéressant de voir que sur LCI on puisse trouver dans la même émission des chroniqueurs comme Olivier Duhamel et Daniel Cohn-Bendit quand on connaît leurs penchants pédocriminels…

Le 23 avril 2017 Olivier Duhamel était à La Rotonde pour fêter la victoire élyséenne d’Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle. Qui se ressemble s’assemble.

Nous souhaitons beaucoup de courage aux frères jumeaux Kouchner dans cette bataille qui s’annonce sera rude contre une intelligentsia monstrueusement décadente et dénuée de toute morale. Bravo à eux d’avoir osé l’impensable.



: selon Wikipédia, Olivier n’a aucun lien de parenté avec Alain Duhamel, autre chroniqueur télé ubiquitaire aussi stupide qu’inutile.



Qui est Olivier Duhamel ?

« Agrégé de droit public, professeur émérite des universités à Sciences Po, il est spécialiste du droit constitutionnel, de la Cinquième République et de la gauche française. Il a été professeur à l’université de Besançon, à l’université Paris-Nanterre, à l’université Panthéon-Sorbonne, à l’Institut d’études politiques de Paris jusqu’à fin 2010. Il est président de la Fondation nationale des sciences politiques de 2016 au 4 janvier 2021. Olivier Duhamel est avocat au barreau de Paris et a prêté serment le 9 décembre 2010. Il est membre du Club des juristes, cercle de réflexion réunissant une quarantaine de juristes et représentants de grands groupes, présidé par l’avocat Bernard Cazeneuve et auquel appartient également Jean Veil. Il est devenu président du club Le Siècle le 1er janvier 2020 » Source : Wikipédia.



Sa belle-fille, la juriste Camille Kouchner, par ailleurs fille de l’ancien ministre, affirme dans un livre à paraître jeudi que le politologue a abusé de son frère jumeau lorsqu’ils étaient adolescents.

« Je ne pouvais plus me taire. » Camille Kouchner, avocate et maître de conférences en droit privé, affirme, dans un livre intitulé La Familia grande (éditions Le Seuil), publié jeudi 7 janvier, que son frère jumeau a subi, à l’adolescence, des gestes incestueux de leur beau-père, le constitutionnaliste Olivier Duhamel. « Ce livre est né de cette nécessité : témoigner de l’inceste pour montrer que ça dure des années et que c’est très, très difficile de se défaire du silence. Je ne l’ai pas écrit au nom de mon frère, mais des sœurs, des nièces, de toutes les personnes touchées par l’inceste », explique la juriste dans une interview accordée à L’Obs (article pour abonnés) et publiée lundi en fin de journée.

Contacté par le même hebdomadaire, Olivier Duhamel s’est refusé à tout commentaire. « Je n’ai rien à dire sur ce qui, de toute façon, sera, je ne sais pas, n’importe quoi, déformé ou quoi », a-t-il expliqué. Dans la foulée, Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et président du conseil d’administration du Siècle, a fait savoir sur Twitter qu’il démissionnait de ses fonctions.

Dans son ouvrage, Camille Kouchner livre ce que son frère jumeau, qu’elle renomme « Victor » (elle a choisi de ne pas donner son vrai prénom), lui a confié dans les années 1980, alors qu’ils avaient 14 ans : « Il est venu dans mon lit et il m’a dit : ‘Je vais te montrer. Tu vas voir, tout le monde fait ça.’ Il m’a caressé et puis tu sais… » Il n’a jamais voulu se confier et les jumeaux ont gardé ce terrible secret jusqu’en 2008. Mais cette année-là, Victor Kouchner se confie à sa mère, Evelyne Pisier, une spécialiste de l’histoire des idées politiques. Cette dernière a été mariée avec Bernard Kouchner, ancien ministre, avec qui elle a vécu de la fin des années 1960 à 1980, et avec qui elle a eu trois enfants, dont les jumeaux Camille et Victor. Mais en 2008, Evelyne Pisier protège son second mari, Olivier Duhamel, et choisit le silence. C’est également ce que raconte Camille Kouchner dans son livre, selon L’Obs et Le Monde (article payant) : « J’ai été surprise de la violence de ma mère, de son déni. Cette violence m’a enfermée dans le silence, encore plus. » Evelyne Pisier est morte en 2017.

Le père des enfants a réagi dans un communiqué transmis à l’AFP par son avocate, Maryline Lugosi. « Un lourd secret qui pesait sur nous depuis trop longtemps a été heureusement levé », a réagi Bernard Kouchner. « J’admire le courage de ma fille Camille », a-t-il également indiqué.