Alors que les #GiletsJaunes passent leurs nuits sur les ronds-points, que 10 sont morts et que la France est à feu et à sang, que trouve le ministre actuel de l’économie Bruno Le Maire comme occupation à votre avis : écrire un roman !!! On est définitivement dirigés par des  fous ! Avec bien sûr la complicité des médias qui vont promouvoir le livre et en dire du bien – alors que son style doit être aussi lamentable que sa politique – sans jamais se poser la seule question utile : où a-t-il trouvé le temps d’écrire ?


Bruno Le Maire publie en cette rentrée littéraire un roman émouvant qui raconte un ami cher, disparu récemment.

On dit que l’amitié met du temps à se construire. Pas toutes. Celle qui unissait Paul, industriel à la retraite, et Bruno Le Maire, devenu ministre de l’Économie et des Finances, datait de 2016. Mais Paul ne savait pas encore qu’il était condamné par une tumeur au cerveau… C’est ce dernier combat et l’agonie qui l’accompagne qu’évoque, tandis qu’il court d’un sommet du G7 à une rencontre du FMI, l’homme de pouvoir désemparé qui peine à voler des heures à son emploi du temps pour s’entretenir avec celui qui comptait désormais tant pour lui.

« Paul, une amitié » est un récit court mais d’une totale élégance de style qui remet à chaque page les pendules à l’heure. Tel ce passage : « Je prends des décisions qui me semblent les meilleures. Tout est clair désormais


Pierre Vavasseur – Le Parisien