On imagine que dans le classement des 40 hommes Forbes qui comptent en France, il n’y aura certainement pas le professeur Didier Raoult. Pour vous donner une idée de l’absurdité de ce classement, rappelons qu’en 2019, il comptait dans ses rangs Agnès Buzyn qui a passé la moitié de l’année 2020 à montrer à quel point elle était médiocre, aussi bien dans sa gestion catastrophique de la crise sanitaire que lors de l’élection municipale parisienne. On trouve également en 2019 Christine Lagarde qui a tout de même été condamnée par la Cour de justice de la république pour avoir détourné près d’un demi-milliard d’euros au profit de Bernard Tapie !

Pire encore, nous pouvons trouver dans le classement des femmes les plus importantes au monde, réalisé par ce même Forbes, d’innombrables crapules et vauriens comme par exemple en 2e position Christine Lagarde. Cette même année 2019, on pouvait trouver Melinda Gates en sixième position, ce qui en dit long sur le sérieux de ce classement. En 2013, c’est la  la patronne de Pepsi qui se situe en 10e position, alors qu’elle est à la tête d’une entreprise de junk food responsable, à l’instar de Coca-Cola, d’épidémies de diabète et d’obésité !

Mais ce qui est drôle c’est de voir le professeur Karine Lacombe poster sur son compte Twitter cette information qui, on l’imagine, la remplit de fierté. En réalité, ce classement ne peut inspirer que du dégoût et une volonté décuplée de combattre les incompétents et les menteurs de Big Pharma. Mais cette énième tentative de propagande grossière démontre comment le système veut imposer ses figures à l’opinion publique, figures qui seront là pour valider la Doxa en toutes circonstances.