Il est essentiel de savoir que la ligne éditoriale directrice du site Panamza est centrée – comme par obnubilation – sur tout ce qui se rapporte à l’État d’Israël, aux lobbies juifs sionistes, aux grandes figures de ces mêmes lobbies ainsi qu’aux attaques incessantes que leurs membres assènent à l’auteur du site, Hicham Hamza. Dans ce seul domaine, Panamza a cette particularité de diffuser des informations souvent pertinentes et en avant-première pour la plupart d’entre-elles. Si ce n’est la dénonciation des différentes collusions des membres du gouvernement français avec les lobbies sionistes, ce que toute personne un tant soit peu intéressée par le sujet ne peut méconnaître, rien de véritablement pertinent n’émerge des différentes autres publications du site. Les rares avis qu’il donne sur les informations diffusées tournent systématiquement en rond pour affirmer que tous les hommes politiques mangent dans la main d’Israël et du lobby juif. Aucune pensée constructive, aucun élément d’analyse n’apparaît et ne bénéficie à aucun lecteur du site.



En revanche l’auteur joue systématiquement sur sa victimisation, sur les attaques incessantes dont il fait l’objet, initiées par ceux qu’il dénonce c’est-à-dire le lobby juif sioniste. C’est très efficace pour demander des dons à longueur de journée en se victimisant ! En ce sens, il ressemble à Alain Soral et Dieudonné. Tout comme eux, Panamza se dit attaqué par le lobby juif, car il « dénonce des vérités ». Il y a quelques mois, il avait apporté son soutien très fort à un ex-pion d’Alain Soral, le dénommé Vincent Lapierre. Ce dernier était allé faire un reportage pour le compte de « sa » chaîne « dissidente » ERTV afin de couvrir le dîner annuel du CRIF qui se tenait au Louvre.

Notre cher Vincent Lapierre était allé à la rencontre des invités pour les interviewer. Du moins, c’est ce qu’il comptait faire. Il n’a pas pu aller bien loin, car les forces de l’ordre lui ont demandé de présenter sa carte de presse. Un périmètre de sécurité avait été délimité et les journalistes devaient être dûment accrédités pour pouvoir accéder à l’événement. Ce cher Vincent Lapierre fut donc logiquement refoulé, puisque n’étant pas journaliste professionnel, il n’était porteur d’aucune carte de presse. C’est d’une logique implacable. Il n’y avait donc ni censure, ni abus d’autorité. Les règles sont les mêmes pour tous. Point. S’ensuivront alors 15 minutes de pleurniche où l’on n’apprend strictement rien si ce n’est la bêtise abyssale de ce cher Lapierre qui brasse de l’air en laissant entendre tout et n’importe quoi, tout en éludant le fait majeur qu’il n’est pas journaliste. C’est comme si vous vouliez assister à un match de foot et que vous n’aviez pas de billet. Vous serez forcement refoulé à l’entrée. Serait-ce pour autant de la dictature ? Serait-ce un viol de votre liberté d’expression ? Soyons sérieux deux minutes ou taisons-nous à jamais. Sauf à se couvrir de ridicule et passer pour un ado immature, Lapierre n’a rien obtenu en se comportant de la sorte. Il s’est totalement discrédité si tant est qu’il y ait encore des gens disposés à lui en accorder encore un tant soit peu…

Hicham Hamza avait repris cette vidéo en affirmant que Vincent Lapierre était quelqu’un de courageux, qu’il le soutenait dans son combat et que, comme lui-même, il souffrait des attaques des lobbies juifs sionistes. Quant à ceux qui ne soutenaient pas ses combats, ils pouvaient aller se faire voir. Hamza révèle pour ainsi dire sa quasi affiliation à la secte ER ou du moins sa reconnaissance du combat qu’elle mène, en affirmant que ce sont eux les vrais combattants, résistant contre le système, les autres n’étant que des imposteurs puisqu’ils ne subissaient pas d’attaques judiciaires. Ce raisonnement est d’une bêtise zemmourienne. Une bêtise habibesque pourrait-on encore dire. Aucun fond sérieux ! Aveuglé par sa raison d’avoir toujours raison, il ne se rend même pas compte qu’il s’appuie sur des éléments bancals avant d’exprimer son point de vue. On croirait entendre un colon sioniste d’Hébron, d’origine européenne, mitraillette en bandoulière hurlant à la face des Palestiniens autochtones « This is my land, God gave it to me », avec pour seule preuve son affirmation péremptoire. Du vent, des postillons et une haleine de chacal dégagée d’une grande gueule, en guise de preuves. On touche le fond !



Aujourd’hui c’est une toute autre affaire puisque Hicham Hamza passe son temps à traiter Vincent Lapierre de sioniste et de traître racialiste, il a publié de nombreux articles dans ce sens ces dernières semaines. Tandis que d’autres dénonçaient l’escroquerie Vincent Lapierre depuis des années, tant elle était aveuglante et bruyante, Panamza a décidé de faire l’inverse et de traiter ses adversaires de complices du système ! Alors que Vincent Lapierre avait réussi avec son gourou Soral à faire censurer le travail méticuleux de Salim Laïbi qui a révélé les nombreux mensonges de Lapierre (instrumentalisé justement par Soral), Hicham Hamza préférait prendre stupidement leur défense.



C’est ennuyeux pour Hicham Hamza de ne pas avoir de mémoire. Lui qui dénonce régulièrement les agissements des groupes extrémistes sionistes et de leurs adeptes qui œuvrent en coulisses et sur le terrain, n’hésitant pas à diffuser des noms, des photos, des vidéos et tous documents en sa possession pour appuyer et soutenir ses propos. Étonnamment il reste silencieux sur un personnage central, extrêmement important, qui s’est acoquiné avec le sieur Soral. En effet, notre cher Alain Soral maître dissident, est l’ami d’un certain Philippe Péninque, ancien du GUD un mouvement d’extrême droite, lui-même ami intime de Jean-Claude Nataf le fondateur de la Ligue de défense juive, ni plus ni moins…. Péninque, pour ceux qui l’ignoreraient encore est le financier et l’initiateur de la secte Égalité & Réconciliation, avec Alain Soral à sa tête. Cela Hicham Hamza ne le dénonce jamais, absolument jamais. Comme c’est étrange !

Pourquoi n’avait-il pas non plus repris les informations explosives révélées par Marc Georges en 2010 dans une interview au journal Rivarol, où il expliquait, en substance, que c’est par le biais de Marine Le Pen que Soral avait été protégé des attaques à venir de la LDJ et du Betar et ce, sur intervention du responsable de cette organisation, Michael Carlisle himself. Pour savoir si Soral était réellement menacé par ces groupes, Marine Le Pen sollicitée par Soral via Péninque, avait convoqué Michael Carlisle avec qui elle était en contact. La réponse était non. La contrepartie exigée pour ne pas s’attaquer à Soral, était de mettre en contact Marine Le Pen avec Gilles-William Goldnadel. Ainsi, Soral était désormais protégé de toutes les attaques de ces groupes extrémistes juifs. Il avait été averti en amont des attaques qu’il aurait dû subir. Il ne risquait donc plus rien, au contraire de ses lecteurs et de ceux qui le suivaient aveuglément qui, eux, ont subi des attaques et ont été les premières victimes.

Hicham Hamza n’a jamais mentionné ces faits ; au contraire il soutient Soral et sa mouvance. De par les recoupements d’informations qu’il ne peut ignorer lui, le très bien informé et de par ses silences étranges sur ces points cruciaux, il est permis de conclure par pure déduction, que Hicham Hamza roule manifestement pour la LDJ, ER et les lobbies sionistes.

Panamza s’est transformé au cours des années en vulgaire troll du Net qui n’hésite plus à insulter ses adversaires et les diffamer tout en prenant le plus grand soin à ne jamais montrer son visage, ce qui en dit long sur sa véritable nature.


*Texte envoyé par un internaute que nous remercions et complété par notre rédaction via quelques infos et documents supplémentaires.