Raffinerie à 5 Milliards USD, Jetée du port de Skikda à 300 Millions… Les juteux contrats de Abdelhakim Benferhat, gendre du Général sanguinaire Toufik !

43
PARTAGES
4
VUES

Encore une affaire à 5 milliards de dollars comme si ce Abdelhakim Benferhat pouvait être en possession d’une  telle somme. Il s’agit à l’évidence de crédit bancaire octroyé encore une fois par un ami du criminel de guerre Toufik. D’autant que le papounet de Abdelhakim  a été lui aussi un haut gradé du DRS, ce qui facilite les rapines et pillages. Si l’Algérie de Gaïd Salah ne dépose pas plainte contre eux, il serait judicieux que la diaspora algérienne le fasse partout dans le monde !


Cet homme d’affaires est candidat à la construction de la future raffinerie de Hassi-Messaoud, un projet de près de 5 milliards de dollars.

Également dans ses petits papiers, la jetée du Port de Skikda, un chantier dépassant les 300 millions de dollars.
Mais plus que tout, Abdelhakim Benferhat est l’heureux mari de la fille du général Toufik et le fils d’un ancien puissant officier du DRS, Nourredine Benferhat.
Bien qu’il soit accusé de transférer illégalement des fonds du Liban vers Hong Kong avec la complicité de son associé Nacim Ould Kaddour, le fils de l’ancien PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, l’heureux fils et époux ne semble pas inquiété par le Tsunami judiciaire qui frappe l’oligarchie Bouteflékienne. Il mène même une vie tranquille dans un quartier résidentiel d’Alger.
À quoi est due cette impunité ?
Selon le site Mondafrique qui rapporte l’information ce mardi 25 juin, deux raison à cette impunité :
1 – Bien qu’à la retraite, le papa aurait occupé des postes qui lui permettraient de livrer un bon nombre de secrets de fabrication du régime si son fils était mis en cause.
2- Il est difficile pour les nouveaux maîtres de l’Algérie, confrontés à une situation économique désastreuse, de se brouiller avec l’ensemble des opérateurs économiques internationaux. D’autant que ce monsieur est le représentant dans le secteur pétrolier de plusieurs compagnies sud-coréennes comme Samsung Engineering ou Hyundai Engineering & Construction. Deux géants sud-coréens qui pèsent lourd.
Selon le site, l’institution militaire qui a lancé des centaines de procédures judiciaires à travers toute l’Algérie contre des hauts gradés, d’anciens ministres en vue et de puissants oligarques, cherche à ne pas ouvrir trop de fronts à la fois.
La justice algérienne privilégie ainsi les mises en cause de personnalités, dont celles du général Toufik, qui ont pu mettre en cause la sécurité de l’État et de l’armée. Elle sait en revanche fermer les yeux sur des dossiers jugés plus secondaires de corruption ordinaire.
Ainsi, « compte tenu des malversations qui ont touché sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika la plupart des décideurs algériens, une telle prudence s’impose en effet si l’on ne veut pas placer en détention la presque totalité des élites économiques algériennes », estiment les experts.

En rapport : Articles

Article Suivant

SUIVEZ-NOUS

Contenu Premium

Pas de contenu disponible

CES 7 DERNIERS JOURS

Heureux de vous revoir!

Se connecter avec votre compte

Créer un Nouveau Compte!

Remplissez les champs pour vous enregister

Récupérer votre mot de passe

Merci d'entrer votre nom d'utilisateur ou votre email pour réinitialiser votre mot de passe

Êtes-vous sûr de vouloir débloquer cet article?
Débloquages restant : 0
Êtes-vous sûr de vouloir annuler votre abonnement?