paris-cadavre-enfants

Il est évident que cette mort est reliée à une pratique satanique et que ce pauvre petit ange a été utilisé dans un rituel de sorcellerie comme il en existe beaucoup en France malheureusement. Personne n’y croit jusqu’au jour où on y est confronté…


Cadavres dissimulés après un crime ? Ou simple lieu d’inhumation abandonné depuis plusieurs dizaines d’années ? Ce sont les questions auxquelles doivent désormais répondre les enquêteurs de la brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire après la découverte, vendredi, d’un crâne d’enfant dans la cave d’un immeuble de la rue Victor-Considérant dans le XIVe arrondissement à Paris.

Selon les premières constatations, cette partie de corps humain correspondrait à un enfant, âgé de 4 à 5 ans. « Ce crâne a été retrouvé dans le sol terreux d’une cave d’un immeuble coincé entre la place Denfert-Rochereau, le boulevard Raspail et le vaste cimetière de Montparnasse, relate une source proche de l’affaire. Une première évaluation avait laissé envisager que ce crâne est celui d’un enfant de 6 ou 7 ans, mais une étude plus poussée a permis de déterminer qu’il s’agissait de celui d’un enfant un peu plus jeune. »

Les services d’un anthropologue ont été requis, afin de dater approximativement le moment de la mort de cet enfant. Selon nos informations, le décès pourrait remonter à une période comprise entre dix et trente ans. « Des analyses, et notamment une datation au carbone 14, sont nécessaires afin de pouvoir préciser la période pendant laquelle cet enfant a vécu, poursuit la même source. Mais il est impossible pour l’heure de déterminer les circonstances et les causes précises de la mort. Ce crâne a été déposé à l’Institut médico-légal où il sera étudié ».

De nouvelles recherches possibles
Toujours selon nos informations, d’autres ossements pouvant correspondre aux squelettes de deux adolescents, voire de deux jeunes adultes, ont été découverts hier au même endroit par les enquêteurs de la BPM. « Une partie de ces ossements semble avoir été conservée dans les fondations même de cet immeuble d’habitation, révèle un haut fonctionnaire.
Toutes les hypothèses sont envisagées quant à la présence de ces restes à cet endroit. A commencer par celle d’un cimetière qui aurait été déplacé et dont certains corps seraient restés sur place. Plusieurs cimetières ont ainsi été regroupés avant d’être transférés à Paris, notamment sous l’Ancien Régime, mais également sous le Second Empire qui, sous l’impulsion du baron Hausmann, a vu les grandes transformations des rues de la capitale. » De nouvelles recherches pourraient être entreprises dans le même immeuble dans les jours qui viennent.