damas-syrie


C’est tout de même très curieux que l’entité sioniste scélérate puisse ainsi bombarder un pays souverain comme la Syrie sans qu’il n’en découle aucune conséquence au niveau de la communauté internationale. Imaginez une seconde que l’Italie ou la Suède bombardent la France ou tout autre pays sans qu’il n’y ait absolument aucune conséquence internationale.
Nous ne parlerons même pas du fait que l’entité sioniste scélérate et Daech soient du même bord et qu’ils bombardent le même ennemi !


L’aéroport de Damas, en Syrie, a été le théâtre d’un « énorme explosion » ce jeudi matin, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), sans en spécifier la cause.

Cette explosion a donné lieu à plusieurs incendies. « L’explosion a été énorme et a pu être entendue à Damas », située à près de 25 km de l’aéroport, a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

L’origine de l’explosion inconnue

« Ce qui a provoqué cette explosion n’est pas clair, mais plusieurs incendies sont en cours sur le site », a précisé Rami Abdel Rahmane à l’AFP. Selon l’OSDH, l’explosion n’aurait cependant pas eu lieu dans l’aéroport lui-même. Il n’était pas clair dans l’immédiat si elle a été provoquée par une attaque, aérienne ou terrestre.

Une frappe israélienne à l’origine de l’explosion ?

L’explosion résulte « vraisemblablement » d’une frappe israélienne, a déclaré de son côté la télévision du Hezbollah. Depuis le début de la guerre en Syrie, Israël a effectué une série de frappes dans ce pays contre des cibles syriennes ou du Hezbollah libanais, allié de Damas. De nombreux raids israéliens présumés avaient été notamment menés dans ou près de la capitale.

Des convois armés destinés au Hezbollah déjà ciblés par Israël

Le 13 janvier, Damas a accusé l’État hébreu d’avoir bombardé son aéroport militaire de Mazzé, qui abrite les services de renseignements de l’armée de l’air, provoquant des incendies.

En 2016, plusieurs missiles israéliens frappent les environs de cette base militaire, selon les médias officiels syriens. La même année, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait admis qu’Israël avait attaqué des dizaines de convois d’armes destinés au Hezbollah. Israël s’alarme de la présence en Syrie du Hezbollah, son ennemi juré soutenu par Téhéran et de forces envoyées par l’Iran pour […]


20 minutes / AFP