Mina-Hajj-Mecque-Tragédie


Samedi 17 octobre 2015, la TV iranienne a fait part d’un nouveau bilan des victimes de la tragédie de Mina selon lequel la barre des 6000 victimes aurait été dépassée.

Le responsable iranien de l’organisation du Hajj et des pèlerinages, M. Ohadi s’est exprimé hier à la TV iranienne, à son retour d’Arabie Saoudite en compagnie des derniers pèlerins iraniens de retour du Hajj. Celui-ci a affirmé que selon les documents et informations recueillis depuis la tragédie par les équipes médicales iraniennes sur place, la barre des 6000 victimes avait été dépassée, il a ajouté qu’officieusement les équipes saoudiennes confirmaient ce lourd bilan. Celui-ci a aussi évoqué le problème de la mauvaise conservation des corps qui rend difficile leur reconnaissance.

Plusieurs spécialistes iraniens sont sur place et une équipe supplémentaire de médecins légistes est sur le point de partir, en vertu de l’accord existant entre les organisations du Hajj des deux pays. Il reste à ce jour 36 pèlerins iraniens disparus dont l’ancien ambassadeur de la RRI au Liban M. Roknabadi. La République islamique d’Iran a déclaré qu’elle poursuivrait ses efforts jusqu’à l’éclaircissement complet du sort de ses ressortissants. L’Arabie Saoudite a reconnu, il y a 3 jours avoir enterré 29 ressortissants iraniens dès les premiers jours de la catastrophe, mais a précisé que leurs empreintes digitales et le lieu de leur mise en terre sont consignés. Il est possible que dans un avenir proche les corps soient déterrés pour vérifier l’ADN de ceux-ci.

Depuis le drame, les chaînes de TV iraniennes ont largement couvert ce drame et les effets de celui-ci sont perceptibles dans le pays, vu le nombre élevé des victimes. De nombreux témoins oculaires ont pu s’exprimer sur les chaînes de TV avec des témoignages poignants et parfois accablants, ce qui n’a fait qu’augmenter le ressentiment de la population vis-à-vis du pouvoir saoudien, responsable du pèlerinage mais qui refuse, à ce jour, de reconnaître la moindre responsabilité.

Beaucoup de questions concernant l’origine de ce drame restent en suspens et plusieurs hypothèses circulent.

Le manque d’intérêt porté par les médias internationaux ainsi que par de nombreux gouvernements dont les ressortissants ont péri dans cette catastrophe humanitaire majeure soulève aussi des questions, ici.

Dans un prochain article, nous vous relaterons les questions et débats sur la question en cours en Iran et nous vous donnerons certaines informations rapportées par les témoins oculaires. Les images étant assez rares puisqu’elles n’ont pas été diffusées par les Saoudiens malgré les 7000 caméras de surveillance, les portables des équipes de secours sur place ainsi que ceux des pèlerins qui avaient pu filmer les scènes dramatiques ont été confisqués immédiatement par les forces de sécurité saoudiennes et le réseau internet a été coupé.

Correspondance de Téhéran, le 18 octobre 2015.

Source : TV iranienne