Une vidéo choquante rappelle le traitement des prisonniers ouïghours en Chine

1
PARTAGES
0
VUES

La population musulmane chinoise du Xinjiang est en train de se faire parquer dans des camps de concentration d’un autre âge sous le silence complice de la communauté internationale ! Les images de cette vidéo sont extrêmement violentes puisqu’il s’agit de nombreux trains remplis de musulmans ouïghours, nous rappelant ceux de la deuxième guerre mondiale !
Par contre, encore une fois, si une jeune fille en bikini se fait importuner sur une plage marocaine, toute l’intelligentsia décadente et dégénérée va se mobiliser et en faire des tonnes ! A contrario, s’il s’agit de mettre dans des camps de concentration 1 million de Ouïghours, le silence de cette même élite dépravée sera exemplaire.
L’histoire avec un grand H s’en souviendra, elle rappellera aux prochaines générations qu’une des civilisations les plus hypocrites que la terre ait pu porter est bien la civilisation occidentale qui s’est construit toute une légende de droidelomisme totalement usurpée.


Ces images filmées par un drone confirment que des déplacements massifs de détenus ont été effectués dans le plus grand secret au Xinjiang, où le Parti communiste chinois mène une campagne d’assimilation et de détention forcée des minorités ethniques.

Une gare de triage, un convoi à l’arrêt, des centaines de prisonniers, la tête rasée de frais, un bandeau sur les yeux, les mains liées derrière le dos, assis à terre sous la surveillance étroite d’hommes armés, avant de s’éloigner en rang par deux, tête baissée, tenus chacun par un gardien. Une vidéo de 1min45, mise en ligne sur YouTube la semaine dernière, confirme que des déplacements massifs de détenus ont été effectués dans le plus grand secret au Xinjiang, en Chine. A quelques jours de la célébration des 70 ans de la République populaire de Chine, le 1er octobre, ces images filmées par un drone viennent rappeler la réalité des exactions menées par le régime sur les Ouïghours, une minorité ethnique musulmane. Décryptage.

Vidéo mise en ligne sur YouTube le 17 septembre, par le compte anonyme « War on Fear »

En quoi ces images sont-elles choquantes ?

En soi, le transfert de prisonniers sous haute surveillance n’est pas une spécificité locale. Mais dans le contexte politique et sécuritaire du Xinjiang (appelé aussi Turkestan oriental), cette vidéo a été qualifiée de « profondément inquiétante » par le ministre australien des Affaires étrangères. Depuis plus de deux ans, le Parti communiste chinois mène dans cette région désertique située dans l’ouest du pays une campagne d’assimilation et de détention forcée des minorités ethniques (Ouïghours, Kazakhs, Kirghizes…). Des rapports indépendants estiment qu’au moins un million de citoyens, soit environ 10% de la population musulmane de la région, sont enfermés dans des centaines de centres de « rééducation politique » construits à dessein.
Après avoir nié leur existence durant des mois, le pouvoir a déclaré en octobre 2018 qu’il s’agissait de « centres de formation professionnelle » et de « déradicalisation », justifiant cette campagne par  la « lutte antiterroriste » – la région ayant connu des émeutes en 2009 et des attentats jusqu’en 2014. Faire une demande de passeport, recevoir un appel de l’étranger, porter une barbe, prier, refuser de boire de l’alcool ou être un intellectuel reconnu, suffit à être classé comme « extrémiste » et être envoyé dans ces camps pour une durée indéterminée, ou être condamné à cinq, dix ou vingt ans de prison, ou à mort. Tout porte à croire que la majorité des hommes montrés sur cette vidéo sont des citoyens lambda pris au piège du système totalitaire mis en place au Xinjiang.

Cette vidéo est-elle authentique ?

Le Parti communiste chinois fait peser sur la région, qui recouvre 1/6du territoire, une censure et un black-out phénoménaux. Cette vidéo a été mise en ligne le 17 septembre par le compte War on Fear («Guerre à la peur»), qui semble avoir été créé pour l’occasion. Nathan Ruser, spécialiste des données âgé de 22 ans qui a repéré l’an dernier les bases militaires secrètes américaines en Irak et en Syrie grâce à une application de fitness, l’a examinée ce week-end. Sur Twitter, ce chercheur à l’Australian Strategic Policy Institute (Aspi) assure que ces images ont été filmées entre le 18 et le 22 août 2018. Dans le thread ci-dessous, il explique ses calculs basés sur l’orientation des ombres, l’état de la route ou la grosseur des buissons. Le gouvernement australien a tenu pour acquis dimanche que les images aériennes, qui montreraient le transfert de «300 ou 400 détenus» de la ville de Kachgar à celle de Korla, sont authentiques.

Pourquoi transférer des prisonniers ?

Courant 2018, des informations sur des transferts importants de détenus ouïghours à l’intérieur du Xinjiang et vers d’autres provinces chinoises ont fuité à l’extérieur de la Chine. Radio Free Asia, un site américain qui possède une antenne en ouïghour, et Bitter Winter, un site basé en Italie spécialisé sur les droits humains en Chine, ont publié de nombreux témoignages…


Photo d’illustration : Capture d’écran de la vidéo publiée par le compte « War on Fear ».

Laurence Defranoux
Libération 

24 septembre 2019

 

En rapport : Articles

Article Suivant

SUIVEZ-NOUS

Contenu Premium

Pas de contenu disponible

CES 7 DERNIERS JOURS

Heureux de vous revoir!

Se connecter avec votre compte

Créer un Nouveau Compte!

Remplissez les champs pour vous enregister

Récupérer votre mot de passe

Merci d'entrer votre nom d'utilisateur ou votre email pour réinitialiser votre mot de passe

Êtes-vous sûr de vouloir débloquer cet article?
Débloquages restant : 0
Êtes-vous sûr de vouloir annuler votre abonnement?