Trump parle de la taille de son sexe en plein… par dh_be


La vulgarité de cet escroc est désormais légendaire, les autres au moins cachaient leur vrai visage. Il se fait passer pour un grand entrepreneur, alors qu’il a passé sa vie à détruire l’emploi et à pousser vers la faillite, sans oublier le fait qu’il soit né fils de millionnaire, ce qui facilite grandement les affaires grâce au réseau de papa. Si vous ajoutez à cela le fameux concept du too big to fail, vous comprendrez plus facilement comment cet imbécile a fait fortune.

Mais il y a pire : quand on l’entend débattre sur les critiques faites par une journaliste de la Fox, il la dénigre en expliquant qu’elle avait sans doute ses menstrues !!! Maintenant, il parle de la taille de son sexe comme un vulgaire pochtron couperosé, noyé dans une mare de whisky depuis 30 ans… C’est ce que le monde moderne, l’Occident, nous propose comme leader de la démocratie, gardien des libertés, capitaine courage, gendarme de la planète ! C’est ce modèle honteux à en mourir de déshonneur, que les élites françaises souhaitent copier et importer !!! Que dire de plus, si ce n’est formuler le souhait que ce modèle acivilisationel disparaisse le plus vite possible, dans le silence, puisque c’est le projet qu’il s’est choisi tout seul.


C’est probablement du jamais vu dans l’histoire des débats présidentiels: Donald Trump a fait baisser le niveau de la campagne électorale d’un cran encore avec une allusion graveleuse, lors d’un débat jeudi entre les quatre candidats républicains aux primaires.

Le milliardaire et favori de l’investiture républicaine s’en est pris au sénateur de Floride Marco Rubio, qui le week-end dernier l’avait provoqué en se moquant de l’attention qu’il porte à son apparence, et de la taille supposée petite de ses mains.

« Il a attaqué mes mains », a dit Donald Trump jeudi soir lors d’un débat à Detroit diffusé par Fox News. « Regardez ces mains. C’est des petites mains?, a-t-il demandé à l’auditoire. « Il a parlé de mes mains en sous-entendant que si elles étaient petites, autre chose devait être petit. Je vous garantis qu’il n’y a aucun problème », a poursuivi le milliardaire, déclenchant l’hilarité dans la salle du débat, et la consternation sur les réseaux sociaux.

Une fois cet étrange dialogue passé, le débat est devenu plus virulent entre Marco Rubio et Donald Trump, notamment sur la carrière d’homme d’affaires du promoteur immobilier. Le sénateur de Floride l’accuse d’avoir délocalisé des emplois au Mexique et en Chine, notamment pour sa ligne de vêtements. Donald Trump a répliqué en appelant son adversaire « petit Marco ».

Les deux autres candidats étaient sur la scène et jouaient la carte du sérieux: le sénateur du Texas Ted Cruz et le gouverneur de l’Ohio John Kasich.