vaccins-Cymès


On ne peut être qu’exaspéré par l’omniprésence médiatique de ce médecin pseudo praticien, dont on se demande à quel moment de la journée il pratique son métier ! Ce personnage ubiquitaire, occupe tout l’espace télévisuel et trouve le temps pour écrire 3 livres par an (sic) et réaliser 300 émissions perso, sans compter les promotions… Là où ça dérape c’est au Grand Journal de Canal + dans lequel il annonce avec un aplomb et une assurance assez déconcertants, voire effrayants : « Franchement, il n’y a aucun risque de se faire vacciner contre la grippe, contrairement à ce que certains prétendent… » ! Le choix de l’adjectif « AUCUN » fait par ce médecin bac +8 et professionnel des médias n’est pas anodin ; c’est pour cela qu’il est impardonnable. Car parmi les « certains » qui « prétendent » le contraire, il y a déjà tout simplement la notice des vaccins qui indique qu’au minimum, on s’expose à contracter tout simplement une grippe, ce qui est un peu ballot vous en conviendrez. Mieux encore, elle recommande que l’acte vaccinal soit fait dans une structure de soins équipée, au cas où un choc anaphylactique surviendrait !


choc-anaphylactique


Attention, choc anaphylactique = mort ! C’est une réaction allergique rapide et fulgurante pouvant survenir au contact de n’importe quel composant du vaccin et il y en a beaucoup : œuf, formol, néomycine… Ce qui rend cet acte médical prétendument anodin et sans « aucun » risque comme le prétend ce monsieur, sérieusement risqué.

Pire. On peut également afficher la liste des effets secondaires plus ou moins rares que vous allez découvrir sous vos yeux pour enfin vous rendre compte de la gravité de la situation et de la légèreté des propos de M. Cymès. Il est question d’atteintes « vasculaires », « neurologiques » comme des névralgies, une encéphalomyélite, névrite ou le syndrome gravissime de Guillain-Barré. Il est aussi question de cas d’affections du « système immunitaire lymphatique », ce qui est un comble pour un vaccin censé accroître cette immunité ! Pire encore, car il y a toujours pire avec ces gens, il est décrit dans la même notice des cas de « réactions cutanées » non pas seulement locales (sur le site de l’injection) mais générales, caractérisées par du prurit (démangeaisons insupportables), de l’urticaire ou un rash qui ne disparaîtront pas dans les 3 jours, soyez-en certains…


effets-secondaires-Vaxigrippe


Vous pouvez maintenant vous faire vacciner en toute connaissance de cause et en toute conscience, après avoir été informés de tous les événements éventuels et des risques encourus. Quant à Michel Cymès, nous ne pouvons que lui conseiller de retourner sur les bancs des amphis et de se mettre à la clinique, seul moyen sûr de sortir du seul enseignement théorique et de devenir un bon médecin praticien. À tout le moins, il devrait lire attentivement les notices des produits médicamenteux destinés à ses patients avant de les prescrire. Un conseil à ceux qui auraient succombé à son discours mensonger : ils pourront toujours se retourner pénalement contre lui en invoquant ses conseils « très avisés » et demander réparation. Hélas, la seule réparation possible en pareil cas ne peut être que financière. Est-il utile, hélas, de souligner que l’argent ne peut en aucun cas compenser l’altération d’une fonction vitale ou essentielle à l’accomplissement des actes ordinaires de la vie courante ?


Profitons-en pour revoir, ci-dessous, encore une fois l’excellent documentaire de Lina B. Moreco, Silence en vaccine ou bien notre documentaire concernant la virtuelle pandémie mortelle de grippe A H1N1 de 2009, Primum non nocere