cope-se-prepare-a-aller-au-bureau-politique-de-l-ump-le-27-mai-2014-a-paris_4910431

Alors que rien ne prouve que l’histoire des pains au chocolat était vraie, il semble que le Copé n’hésite pas à financer ses dépenses privées avec l’argent du parti. Il suffit de voir ce visage immonde pour comprendre qui se cache derrière…


 

Dans l’affaire des factures liées au mariage de Jean-François Copé, Franck Attal, ancien directeur d’une filiale de Bygmalion, renvoie la balle à Bastien Millot.

Le mariage de l’ex-président de l’UMP a de nouveau été évoqué en marge de l’affaire Bygmalion. Au début du mois de mai, L’Obs avait révélé que des prestataires de la société de communication avaient réglé des factures liées à la cérémonie de décembre 2011.

Jean-François Copé avait assuré avoir tout payé de sa poche. Interrogé par le juge Serge Tournaire, le 18 mai, Franck Attal, ex-directeur d’Event & Cie, filiale de Bygmalion, n’a pas le même souvenir. Il raconte avoir été sollicité par Bastien Millot, cofondateur de Bygmalion, et ami de Copé, pour évaluer les besoins.

« Au final, déclare-t-il au magistrat, j’ai demandé à [la société] Léni de me fournir un cadreur pour filmer le mariage. Il y avait aussi un petit aménagement qui consistait en l’installation d’un rideau et d’une arche pour séparer une partie cocktail de la partie salle. Cette dernière prestation a été fournie par Côté jardin.

Côté jardin et Léni ont facturé à Event, puis Millot m’a dit qu’il voulait en faire cadeau à Copé, et en définitive, dans mon souvenir, Côté jardin et Léni n’ont pas fait payer Event. » Copé était-il au courant? « Je ne sais pas, répond Attal. Il faut poser la question à Millot. »