stups-francois-thierry


On ne va pas le condamner à l’avance et avant jugement mais cette affaire, comme toutes les autres impliquant la police (Bac Nord de Marseille, le 36, l’affaire du Carlton de Lille, l’affaire lyonnaise de Michel Neyret, les condamnations de l’ex ministre de l’intérieur Claude Guéant mais également du patron de la DCRI Bernard Squarcini…) donne une idée de l’état de déliquescence de la France et de sa police. Elle explique pour une grande partie la disponibilité phénoménale de toutes sortes de drogues un peu partout sur le territoire ! Il ne nous reste plus qu’à savoir à quelle loge maçonnique appartient Monsieur François Thierry…


La procureure générale de Paris a lancé une procédure de radiation de la police judiciaire à l’encontre de François Thierry, l’ancien chef de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants.  

L’ancien patron des « stups » François Thierry fait l’objet d’une procédure de radiation de la police judiciaire, a appris franceinfo mercredi 30 août, confirmant une information du journal Le Monde.

La procureure générale de Paris, seule habilitée à engager une telle mesure, a entamé une « procédure disciplinaire de retrait d’habilitation d’officier de police judiciaire ».

Laissé libre, sans contrôle judiciaire

La semaine dernière, l’ancien chef de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants a été mis en examen pour complicité de trafic de stupéfiants, dans l’enquête sur la saisie record de sept tonnes de cannabis dans des camionnettes garées dans le 16e arrondissement de Paris en octobre 2015.

François Thierry a été laissé libre, sans contrôle judiciaire. Il est actuellement en poste à la sous-direction antiterroriste (SDAT), où il a été muté en 2016.


France TV Info