En ce huitième vendredi de manifestations populaires, les Algériens sont sortis en masse pour pourfendre le système en place et demander le départ de ceux qui ont conduit le pays à la faillite. Malgré les embuches dressées par le régime en place qui semble ne pas avoir encore appris la leçon, le peuple est sorti, hommes, femmes et enfants dans une procession interminable et pacifique en scandant les slogans habituels appelant à mettre fin au système. Cette fois, le nom de Gaïd Salah, accusé d’avoir trahi les aspirations du peuple, a été ajouté à la liste de ceux qui doivent impérativement partir.

En somme, c’est un véritable référendum populaire que les Algériennes et les Algériens ont organisé aujourd’hui et le résultat est instantané, ne nécessitant aucun dépouillement ; un non sonore et synchrone a été exprimé dans un même souffle et ceux qui ont eu l’insolence et l’impudence de se maintenir au pouvoir contre la volonté du peuple, doivent se résoudre à rentrer chez eux et laisser cette formidable jeunesse gérer les affaires du pays. Elle en est capable !


Malgré les tentatives de la police de réprimer les manifestants de ce 8e vendredi de la contestation contre le régime, les Algériens ont réussi à franchir les imposants cordons policiers et rejoindre les rues d’Alger-Centre.

Gaïd Salah est dans le viseur de certains manifestants. À coup de slogans et de pancartes, ils demandent au Général de corps d’armée d’accompagner les 3B.


Hamdi Baala pour le HuffPost Algérie

En ce huitième vendredi de marche pacifique, les Algériens comme à l’accoutumée sont sortis nombreux pour exprimer une nouvelle fois leur refus des solutions de bricolage qui leur sont proposées. Si lors des précédentes manifestions, on ne contestait pas les décisions du vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée, aujourd’hui le message adressé à Gaïd Salah est très explicite. Lui aussi est sommé de partir par une bonne partie des manifestants qui se sont sentis trahis par son dernier discours.


Hamdi @HamdiBaala

Le cordon policier près de la grande poste n’a pas résisté longtemps. Il a été emporté par une marée de manifestants qui a atteint la place Audin.

Sur la pancarte d’un monsieur on voit Gaïd Salah assis sur un char, et sur le canon les « 3B ». Un autre citoyen a inscrit l’armée n’est pas Gaïd Salah.

D’autres le questionnent sur ses choix « Le peuple ou le gang ? ». On convoque également sa conscience de Général de corps d’armée « Ya si Gaid Salah, vivra celui qui connaît sa dignité ». Et on n’oublie pas de mettre une touche d’humour « on a gagné la mi-temps mais Gaïd Salah a vendu le match », et bien d’autres slogans qui expriment clairement que le Général de corps d’armée est sur le point d’être classé avec ceux qualifiés de « gang » et que le peuple ne supporte plus d’être floué par quiconque.

Midi passé de quelques minutes, la manifestation se poursuit pacifiquement. La foule devient de plus en plus dense à la Place-Maurice-Audin, deuxième place mythique de la manifestation. La détermination des Algériens est intacte : « Ce pays et le nôtre et nous imposerons nos choix » scandent-il.


Photo d’illustration :  manifestants devant la Grande-Poste d’Alger – HuffPost Algérie