C‘est triste de constater que ce service de vérification de l’info ne se réveille qu’aujourd’hui à la réalité de l’immense corruption de Big Pharma ! En réalité, on comprend qu’il est très simple de démonter la supercherie, mais personne ne le fait car la presse est financée par Big Pharma via la publicité !

La situation de la corruption médicale a tellement dégénéré que nous sommes ici face à un scandale humiliant dans lequel sont impliqués un professeur de Harvard, la plus prestigieuse revue médicale au monde – The Lancet –  et une actrice de charme ! C’est insultant pour le corps médical mais c’est ainsi que fonctionne la corruption, elle détruit tout sur son passage.

Rappelons également que notre site a dénoncé la supercherie Surgisphere publiée par le Lancet le 23 mai dernier, le lendemain de la publication. Ceci est important à rappeler, car l’excuse de Richard Horton, rédacteur du Lancet, concernant les lecteurs des études ne tient pas la route, elle est même risible.




Coronavirus : le « LancetGate » ou le naufrage de la science business

Comment « The Lancet », la prestigieuse revue médicale britannique, a-t-elle pu publier une étude reposant sur des données dont la communauté scientifique a fini par douter de l’existence même ? Franceinfo a enquêté sur ce scandale scientifique qui ébranle les chercheurs du monde entier.

La controverse scientifique sur l’hydroxychloroquine semblait enfin tranchée. Lorsque la prestigieuse revue médicale britannique The Lancet publie, le 22 mai, son étude (en anglais) sur l’efficacité de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine, ses conclusions défavorables à la molécule font autorité, alors qu’en pleine pandémie de coronavirus le monde entier cherche un remède au Covid-19.

Dans la foulée, l’Organisation mondiale de la santé en prend acte et annonce une suspension temporaire des essais sur ce médicament. En France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, suit la même voie. Mais bien vite, des épidémiologistes et biostatisticiens font part de leurs soupçons. Les données utilisées leur paraissent bizarres, certaines statistiques leur semblent improbables. La polémique enfle, jusqu’à la rétractation des travaux controversés. Dans « Le ‘LancetGate’ ou le naufrage de la science business », Franceinfo revient sur ce scandale scientifique qui ébranle les chercheurs du monde entier.

Surgisphere et ses mystérieuses données

Les impressionnantes données médicales – 96 000 dossiers recueillis auprès de 671 hôpitaux sur six continents – sur lesquelles se sont basés les quatre auteurs de l’étude ont été fournies par une petite entreprise de Chicago, Surgisphere, fondée par un chirurgien américain du nom de Sapan Desai. Les informations glanées sur la société comme sur son fondateur renforcent les soupçons de fraude scientifique.

Un ex-employé a bien voulu répondre à franceinfo, sous couvert d’anonymat. Il décrit une réalité bien loin du big data – collecte et analyse des données à l’aide de l’intelligence artificielle – dont s’enorgueillissent l’entreprise et son patron.

Du big data fait à la main

Comment une si petite entreprise, inconnue des spécialistes du secteur, est-elle parvenue à tisser un tel réseau international, à nouer des partenariats avec des établissements médicaux du monde entier et à avoir accès à leurs données ? « J’ai du mal à y croire, répond cet employé. Car toutes les données étaient entrées manuellement. Il faudrait beaucoup de monde pour entrer toutes ces données. » Plusieurs hôpitaux, en Australie comme en Afrique, de même que l’AP-HP à Paris, nient avoir fourni leurs données de santé à Surgisphere.

Cette fraude présumée soulève une autre question. Comment une revue aussi sérieuse que The Lancet a-t-elle pu publier cette étude ? Des signaux auraient pourtant pu les alerter. Dès la publication de l’étude, des scientifiques ont pointé notamment les incohérences de la base de données.

Parmi les premiers à s’apercevoir du problème, Joe Brew et Carlos Chaccour, respectivement épidémiologiste et chercheur à l’Institut de Barcelone pour la santé mondiale, ISGlobal, qui envoient une lettre au Lancet dès le 26 mai. « On les a appelés le 27 en leur disant : ‘Ce n’est pas une lettre habituelle que vous mettriez quelques semaines à lire et quelques mois à publier. Cette fois, c’est très sérieux. Nous ne sommes pas inquiets à propos d’un petit détail, nous sommes inquiets à propos de toute la base de données' », relate Carlos Chaccour. The Lancet rétracte finalement l’étude le 4 juin.