Article très intéressant qui démontre à quel point les gens sont dans le brouillard et ne comprennent rien à ce qui se passe même lorsqu’ils sont intelligents* et se posent des questions !

Mme Barbara Serrano demande à Macron d’écouter et suivre les avis du Conseil scientifique sauf que ce dernier est infiltré jusqu’à la moelle par Big Pharma ! Il est responsable de la débâcle de Discovery, du Remdesivir, du Lancet gate… De plus le Pr Delfraissy ainsi que 4 autres membres de ce CS ont publié une correspondance au Lancet mi février dernier pour alerter sur la dangerosité des confinements sur la vie sociale et sur la santé des gens !

Mme Barbara Serrano se trompe également en affirmant qu’il fallait écouter les modélisateurs alors qu’ils se trompent depuis le début, ce sont eux qui ont créé la panique dans le monde en affirmant que c’est plus grave que la grippe espagnole, le sida et Ébola réunis… !

Idem pour la contagiosité en milieu scolaire, c’est faut et ceci a été démontré dans une étude récente – Vigil – qui revient sur ce mensonge qui a été à vrai dire la seule raison de ce confinement version 3 ! La fake news du lycée de Drancy qui aurait comptabilisé 20 parents d’élèves décédés en est l’illustration. Toutes les sociétés savantes pédiatriques françaises ont confirmé ce point, l’école n’est pas un cluster géant !

ll n’est d’ailleurs pas étonnant de lire cette tribune sur le journal de désinformation qu’est Le Monde qui a brillé lors de cette épidémie par ses nombreux articles mensongers et manipulateurs allant tous dans le sens des délires de leur financier Bill Gates.



  • Barbara Serrano est sociologue et conseil en stratégie de concertation, maîtresse de conférences associée à Paris-Saclay. Elle est aussi ex-commissaire de la Commission nationale du débat public et cofondatrice du collectif « Du côté de la science ».


Jugeant que leurs décisions ont permis à l’épidémie de s’intensifier, la sociologue Barbara Serrano appelle, dans une tribune au « Monde », les responsables politiques à justifier publiquement leurs choix par des données objectivables.

TRIBUNE

Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais « Tout sauf le confinement ». Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

[…]


 

Le Monde

29 mars 2021