isis-740x357


Article très intéressant qui risque d’en choquer plus d’un sauf que sa source est un célèbre site satirique algérien mais on devine et l’on sait que la réalité n’est pas très loin… Avouez qu’elle est bonne !


Le site communautaire de lanceurs d’alertes, WikiLeaks, fondé en 2006 par Julian Assange publiait hier un document crypté adressé à l’administration Américaine dans lequel l’État Islamique menaçait l’OTAN d’entrer en grève illimitée si ses conditions d’opération en Irak et en Syrie ne s’amélioraient pas très vite.

Dans cette lettre, l’actuel khalife de Daesh, Abou-Bark Al Baghdadi, exposait les conditions déplorables dans lesquelles ses hommes combattaient « pour le bien du monde libre.»

Ainsi, il dénonçait « La baisse des prix du pétrole nous [Daesh] force à vendre le nôtre encore moins cher et votre décision [aux USA]d’exporter du pétrole brut ne fera qu’empirer la situation. Le durcissement des contrôles aux frontières européennes et américaines portent atteinte au droit de mes combattants à se déplacer librement, en plus de l’acharnement de la part de la Russie, maintenant c’est Salmane qui veut former une coalition arabe contre mon organisation ? »

Al Baghdadi clôt son message sur un ton très irrité et subversif, « Je ne peux plus vous échanger mon pétrole à des prix dérisoires contre des armes et des matériels de guerre de seconde main qui font plus de victimes dans mes rangs que dans ceux d’Al Assad » ce qui explique selon lui, le recul de l’EI face à l’armée Syrienne Régulière au Nord.

Le commandement de l’État Islamique a déjà exprimé ses préoccupations quant à l’impossibilité de transférer le pétrole vers la Turquie. La destruction par l’armée de l’air Turque, d’un bombardier Russe n’a fait qu’étanchéifier encore cette frontière.

Suite à cette requête, le gouvernement américain a très vite réagi en appuyant la grande offensive de l’État Islamique sur Mossoul en bombardant les positions de l’Armée Irakienne faisant plus de 30 victimes dans ses rangs tout en épargnant celles de Daesh « pour éviter de faire de victimes civiles ».