Voilà ce qu’il en coûte d' »élire » un président impotent pour un quatrième mandat, le mandat de trop ! Tous ceux, civils et militaires, et notamment Noureddine Medelci le président du Conseil constitutionnel — l’homme impliqué dans l’affaire Khalifa et qui a déclaré à la barre ne pas avoir été assez intelligent –, qui se devaient de mettre en branle l’article 88 de la Constitution en proclamant l’état d’empêchement du président et qui ne l’ont pas fait, sont pleinement responsables de la situation actuelle. Ils auront à en répondre devant le peuple et devant l’histoire. Le premier cercle présidentiel gouverne par l’allégeance et la rapine, pourvu que le système et le régime soient maintenus à flot, quitte à faire preuve d’impudeur et d’indécence en se prévalant d’un président cacochyme et grabataire. Il est très difficile, en effet, de comprendre comment la famille du président peut-elle accepter d’exposer ainsi son parent — le président de l’Algérie — dans un état aussi dégradé ! Le peuple lui-même en souffre, mais il ne peut rien faire. C’est une insulte et au président et à la jeunesse algérienne, prête pourtant à prendre le flambeau. Honte à ceux qui sont derrière ce spectacle scandaleux, humiliant et affligeant ! Honte à eux !

Honte également à l’état fantoche français, dirigé par des voyous et des délinquants en tous genres, très souvent francs-maçons à l’instar de ce petit homme, très petit homme qu’est Manuel Valls. Petit homme qui ne recule devant aucune infamie pour assouvir ses ambitions personnelles. Vous avez sur cette photographie – ci-dessous – postée sur le compte Twitter officiel de Valls – donc totalement assumée – l’illustration parfaite de la décadence, de la perfidie et de l’indignité des dirigeants de ce monde.


Valls-Bouteflika-Tweet