À l’approche de l’élection présidentielle d’avril 2019, la répression contre les éditeurs algériens de presse électronique s’accentue.


Le syndicat algérien des éditeurs de la presse électronique (SAEPE) en réunion à Alger ce dimanche 16 décembre 2018  a procédé à un échange sur la conjoncture des médias en Algérie et l’évolution de la vague de répression qui se poursuit contre les éditeurs et des journalistes de la presse électronique :

– Le SAEPE condamne le maintien en détention préventive du confrère Abdelkrim Zeghileche éditeur de Sarbacane la web radio à Constantine, notamment pour une fallacieuse accusation de diffusion radio sans autorisation, la loi ne prévoyant pas de sanction pénale pour l’édition électronique. Abdelkrim Zeghileche doit recouvrer sa liberté et pouvoir reprendre son travail d’éditeur sur le web.

– Le syndicat dénonce l’acharnement judiciaire qui se poursuit contre Adlene Mellah éditeur de Dzair Press, incarcéré pour un  supposé attroupement devant le tribunal de Sidi M’hamed. La nouvelle détention de Adlene Mellah, pour une accusation qui ne nécessite pas de prison préventive, a toutes les apparences  de représailles après mise en  liberté provisoire il y’a quelques jours dans une affaire de délit de presse. Elle doit prendre fin à l’issue du procès prévu le mardi 18 décembre. Autre forme d’acharnement que dénonce le SAEPE…


Algérie Part – La Rédaction